Affiche Monika

Critiques de Monika

Film de (1953)

L'art du regard

Monika (aussi appelé Un été avec Monika ou encore Monika et le désir) est un de ces films qui valent le détour au moins pour une de leurs scènes. Le regard mélancolique de Harriet Andersson, qui brûle rétine et pellicule aux deux tiers du film, est quelque chose qu'on n'oublie pas. Des trois parties que compte le film, la première est sans doute la moins réussie. Précurseur de tout un... Lire l'avis à propos de Monika

48 15
Avatar Morrinson
8
Morrinson ·

S'aimer comme on se quitte.

Ingmar Bergman, avec tout le génie qu’on lui connaît (ou devine pour ma part, puisque c’est seulement le deuxième film que je vois de lui), nous propose tout en simplicité, sa vision de l’idylle amoureuse. Monika, c'est en effet un film portant un regard sur l'amour plein de pureté, cherchant à toucher du doigt l’universel, malgré son pessimisme évident, saupoudré de... Lire l'avis à propos de Monika

11 3
Avatar Albiche
8
Albiche ·

L’insolente insulaire.

(la critique contient des spoils) On connait Bergman sur certains sujets de prédilection, et notamment celui fondamental de la vie de couple. Alors qu’une grande partie de sa filmographie se consacre à la vie conjugale d’adultes qui dépérissent de vivre ensemble, Monika, en phase avec la jeunesse de sa carrière, traite des illusions des... Lire la critique de Monika

42 7
Avatar Sergent_Pepper
8
Sergent_Pepper ·

« Alors vraiment, avec le temps... on n'aime plus »

Point culminant, tant stylistique que thématique, de la première partie de carrière d’Ingmar Bergman, Monika est un incontournable des romances estivales au cinéma. Aussi idyllique que tragique. Monika se structure comme une tragédie en trois actes : la rencontre, avec l’amour et les rêves naissants ; l’idylle, le... Lire la critique de Monika

25 8
Avatar WeSTiiX
10
WeSTiiX ·

Bergman l’éclectique

Au regard de sa filmographie, Ingmar Bergman, ou comme j’aime amicalement l’appeler le Maître suédois, a traversé diverses périodes significatives dans sa vie de cinéaste. De ses réflexions métaphysiques en passant par son introspection psychologique, le cinéaste suédois n’hésite jamais à s’ouvrir à des domaines qui touchent des sentiments plus humanistes, au détriment d’un ton plus grave et... Lire la critique de Monika

17
Avatar Analytik
8
Analytik ·

Paradis perdu

Après Jeux d’été, tourné deux ans plus tôt, Bergman retourne au bord de la mer pour filmer Monika, une autre histoire d’amour entre deux adolescents. Mais cette fois, son style est plus moderne et annonciateur de la nouvelle vague française.... Lire la critique de Monika

9 3
Avatar Roinron
7
Roinron ·

L'Amour dure trois mois

Bergman est un cinéaste d’une rare sensibilité, ses personnages respirent d’humanité. Ce n’est pas tant leur complexité qui les rend si naturels, mais leur ambiguïté et leurs failles. Cette façon de se refuser aux bluettes superficielles – à moins qu’il s’agisse de les déconstruire par la suite – est ce qui fait de la période romantique du réalisateur suédois une œuvre si passionnante.... Lire l'avis à propos de Monika

8
Avatar Vivienn
8
Vivienn ·

Sur la route de Stockholm

Critique rédigée en mai 2020 Deux jeunes gens se retrouvent réunis par une liaison sentimentale et décident de partir en vacances, solitaires sur une île éloignées de la capitale suédoise. Or, lorsque la saison estivale s'achève, le temps se refroidit et s'assombrit, les vivres viennent à manquer, et ils sont contraints de rentrer, de retrouver la grande ville d'où ils... Lire la critique de Monika

2
Avatar Angeldelinfierno
7
Angeldelinfierno ·

La cicatrice d'Harry

C’est quand je vois un film comme Monika que le Cinéma prend tout son sens. D’une simple histoire d’amour, Bergman parvient à susciter un tourbillon d’émotion grâce à tous les pans de son objet. Ce qui frappe d’abord c’est la perfection visuelle qu’atteint le réalisateur avec ces intérieurs urbains étriqués (au travail et à la maison) qui contredisent et finalement étouffent les plans... Lire la critique de Monika

6
Avatar Zazooن
10
Zazooن ·

Critique de Monika par Alligator

La veille de voir ce film j'ai regardé « Les contes de la lune vague après la pluie ». Un pur hasard amusant tant les deux films semblent proches, si proche de se répondre. Les deux films sont des contes moraux et les deux cinéastes se plaisent à faire parler la nature, à bien poser leur histoire sur le miroir du monde. Si dans le Mizoguchi, les femmes sont une nouvelle fois victimes des... Lire l'avis à propos de Monika

4 3
Avatar Alligator
8
Alligator ·