Bande-annonce
Affiche Ne croyez surtout pas que je hurle

Ne croyez surtout pas que je hurle

(2019)
12345678910
Quand ?
6.7
  1. 13
  2. 14
  3. 29
  4. 38
  5. 58
  6. 115
  7. 250
  8. 214
  9. 84
  10. 26
  • 841
  • 99
  • 878

Janvier 2016. L'histoire amoureuse qui m'avait amené dans le village d'Alsace où je vis est terminée depuis six mois. À 45 ans, je me retrouve désormais seul, sans voiture, sans emploi ni réelle perspective d'avenir, en plein cœur d'une nature luxuriante dont la proximité ne suffit pas à apaiser...

Match des critiques
les meilleurs avis
Ne croyez surtout pas que je hurle
VS
Recoller les morceaux

Verbaliser, c’est guérir. Parler, partager un sentiment ou une émotion, c’est favoriser la cohérence avec soi-même et envers les autres, c’est tenter de déjouer le refoulement et le syndrome dépressif qui peut en résulter. Lorsque Frank Beauvais y goûte, après une rupture amoureuse, la parole est tout sauf libre et les mots ont bien du mal à sortir : il se réfugie dans un petit village d’Alsace, dans la consommation boulimique de films, dans un repli sur soi aux allures de petite mort....

23 3
Tu hurles un peu trop fort

Drôle de documentaire que Ne croyez surtout pas que je hurle. Un documentaire schizophrénique, fourre-tout et surtout mélange-tout qui, bien que partant d'intentions louables, réussit malheureusement le défi de sombrer dans le nombrilisme. Le synopsis était intriguant tout comme la démarche. Le potentiel de ce film est cependant totalement gâché. Les images de films choisies par le réalisateur n'apporte rien à sa démonstration. Elles font figures de pâles illustrations,... Lire la critique de Ne croyez surtout pas que je hurle

1

Critiques : avis d'internautes (19)

Ne croyez surtout pas que je hurle
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Tranche de vie, fragments de cinéma

Lorgnant plus vers le cinéma expérimental que le documentaire, Frank Beauvais renouvelle l'autobiographie sur grand écran. Il raconte en voix-off les derniers mois qu’il a passé entre mars et octobre 2016 reclus en solitaire dans une maison en Alsace avant de revenir s’installer à Paris. Durant ces six mois, il passe son temps à trier son énorme collection de DVD, CD et livres qu’il doit... Lire l'avis à propos de Ne croyez surtout pas que je hurle

17 2
Avatar Marius Jouanny
8
Marius Jouanny ·
Du chaos (re)naît la lumière...

NE CROYEZ SURTOUT PAS QUE JE HURLE (16,9) (Frank Beauvais, FRA, 2019, 75min) : Ne croyez surtout pas que je hurle, premier long métrage de Frank Beauvais, livre une introspection intime au milieu d’un kaléidoscope d’images cinématographiques, pour éclairer son âme embrumée par une rupture amoureuse et l’isolement. L’arme à gauche, larmes à droite,... Lire la critique de Ne croyez surtout pas que je hurle

8 4
Avatar seb2046
8
seb2046 ·
Confessions d'un artiste déchiré

Le patchwork d'extraits des quatre-cents films vus par Franck Beauvais d'avril à octobre 2016 vient illustrer les réflexions personnelles et la critique sociale du réalisateur. Le ton morne, taciturne et désillusionné est sans pareil. Ce flot imperturbable de paroles colle avec la densité des scénettes que constitue ce collage cinématographique. Beauvais se définit comme un autiste... Lire l'avis à propos de Ne croyez surtout pas que je hurle

1
Avatar Emilie Rosier
7
Emilie Rosier ·
Découverte
Critique de Ne croyez surtout pas que je hurle par Ben Ric

Frank Beauvais se met à nu, propose avec cet essai cinématographique, un journal très intime de ces quelques mois passés seul dans un petit village de la campagne Alsacienne, après une rupture amoureuse, coupé de tout ou presque, avec comme seuls compagnons des films et des musiques. Surtout des films qu’il regarde compulsivement. Au total pas moins de 400 films vus en 6 mois. A partir de ces... Lire la critique de Ne croyez surtout pas que je hurle

2
Avatar Ben Ric
8
Ben Ric ·
Cinéphilomane

Ne croyez surtout pas que je hurle, le premier long métrage de Frank Beauvais, assisté au montage par Thomas Marchand, se constitue d'un enchaînement de plans de films de fictions – particulièrement appréciés par le réalisateur – et qui, telle une cartographie, révèlent les images associées au récit intime qu’il nous livre, exprimant visuellement ce que les mots ne contiennent... Lire la critique de Ne croyez surtout pas que je hurle

6
Avatar el_blasio
9
el_blasio ·
Toutes les critiques du documentaire Ne croyez surtout pas que je hurle (19)

Bande-annonce

Ne croyez surtout pas que je hurle