Jeune Lennon

Avis sur Nowhere Boy

Avatar Dr Billy-Jean  Robert MB
Critique publiée par le

Sam Taylor-Wood, pour son premier long métrage, choisit de raconter les jeunes années de John Lennon, entre sa Tante Mimi qui l’élève seule depuis toujours, et sa mère, Julia, qu’il découvre enfin autour de ses quinze ans. L’histoire d’un adolescent dans l’Angleterre des années 50, qui cherche sa place dans le monde avec l’impression oppressante de n’être jamais nulle part, dit combien il est important de connaitre ses racines pour s’espérer, se dessiner un avenir.

Une scène exprime de couleurs ce que l’enfant Lennon reçoit de ces deux femmes : en rouge, Julia, mère passion, pleine de vie et de rires mais irresponsable, insouciante, en noir, Tante Mimi, discipline, travail, désespoir parfois, résignation, combat. Un vaste champ de valeur nourrit alors le jeune homme. John Lennon est le Nowhere Boy, un garçon qui, hors d’une famille traditionnelle, cherche sa place, et s’en fabrique une avec les bribes de ce qu’il a, de ce qu'il récupère. La rencontre avec Paul McCartney et George Harrison lui offre alors une échappatoire imprévue, un canal libre où exprimer, mêlées, l’ensemble des valeurs qu’il accepte de faire siennes sans en être toujours pleinement conscient.

Aaron Johnson incarne un John Lennon tourmenté, capable de grande douceur tout autant que de déchainements de violence verbale, capable de pure gentillesse comme du pire cynisme. Il donne corps à l’adolescent avant le mythe dans une prestation impeccable. Les autres Beatles, incarnés par de jeunes inconnus, n’ont pas autant de corps, ni autant de vraisemblance, c’est dommage car l’angle musical est évidemment un aspect très attendu.

Nowhere Boy est une esquisse de biopic intéressante mais un peu inaboutie, trop légère et trop dispersée. C’est certes un bon premier long métrage, et un film que je regarderai de nouveau avec plaisir pour la musique et l’anecdote, mais ce n’est pas un grand film. Il est vrai cependant qu’un biopic de John Lennon ne peut raconter sa vie entière, ni aborder d’un coup les complexités de l’homme en deux heures tant l’artiste est un mythe aujourd’hui.
Ainsi cet épisode de jeunesse exprime-t-il un universel, touchant. Identifiable.

Matthieu Marsan-Bacheré

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 208 fois
Aucun vote pour le moment

Dr Billy-Jean Robert MB a ajouté ce film à 2 listes Nowhere Boy

Autres actions de Dr Billy-Jean Robert MB Nowhere Boy