👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après l'évènement Drive, Nicolas Winding Refn sort son nouveau film, Only God Forgives, revenant avec Ryan Gosling et son envie de violence...

Alors que dire de ce nouveau NWR, précisons que je ne suis pas un grand spécialiste du réalisateur, je me suis juste pris un gros choc esthétique et cinématographique avec Drive, qui m’a donné envie de continuer à faire connaissance avec lui et donc ainsi de voir Bronson avec Tom Hardy mais ce sont les seuls films que j'ai vu de lui.

Only God Forgives arrive à une nouvelle fois nous aspirer à travers cette ambiance malsaine, on se sent descendre de plus en plus dans les ténèbres de cet américain...

Pour nous faire de suite scotché au fauteuil, NWR a fait un travail sublime sur les lumières. On est comme attiré avec ce rouge, par ces ombres qui nous obligent à rester concentré. On a l'impression d'être dans un cauchemar, en enfer, l'ambiance est totalement posé. Le film est d'ailleurs lent mais non sans rythme et reste assez pauvre en dialogues, NWR nous laisse le temps de contempler son oeuvre.

Derrière ce visuel, NWR n'oublie pas ses thèmes, la violence présente dès le départ avec la mort du frère, puis ensuite avec le personnage de Vithaya Pansringarm qui est impitoyable tout en étant respectueux des valeurs de son pays (la Thaïlande). On a droit aussi avec ce personnage à un certain visage de la Mort, son sabre nous fait penser tout de suite à une faux, puis sa démarche lente et ses diverses apparitions.

De l'autre côté, nous avons un combat entre le fils cadet et la mère, une relation malsaine magnifique qu'on doit totalement au jeu de Kristin Scott-Thomas fantastique dans ce rôle. Puis Ryan Gosling est très bon aussi, on continue à l'aimer en quasi-muet, en sex-symbol, mais surtout ici en faible, il casse totalement son image avec ce film. J'aime le voir se faire tabasser, perdre le contrôle, avec ses imperfections car de toute façon la magnétisme de son jeu reste parfait.

Par contre le scénario a plusieurs trames et est donc difficile à comprendre, on a droit à un Kubrick où derrière chaque phrase se cache une signification particulière. Même si le mot "vengeance" reste le principal, on voit derrière qu'il faut savoir parfois embrasser les ténèbres.

Au final, Only God Forgives nous donne un film assez spécial où on cotoie un homme face à ses démons et étant prêt à payer le prix. Nicolas Winding Refn nous fait descendre avec enfer avec un film qui ne vous laissera pas de marbre mais qui je pense ne plaira pas du tout au grand public.
kccinemacoms
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2013 au cinéma

il y a 9 ans

Only God Forgives
real_folk_blues
8

Thaî, glande, et Ryan erre.

Only God Forgives n’est pas un bon film. N’allez pas croire que vous verrez Drive, pauvres naïfs. N’allez pas espérer que Fight Club se soit payé un lifting, pauvres consommateurs. Ne supputez point...

Lire la critique

il y a 9 ans

148 j'aime

33

Only God Forgives
Anyo
8

Le langage du silence

Le cinéma est un art Visuel et Auditif. Notre cher réalisateur Danois acquiesce et nous livre une oeuvre à la facture audio-visuelle irréprochable. "Only God Forgives" rejoint "Samsara" et "The...

Lire la critique

il y a 9 ans

136 j'aime

11

Only God Forgives
Gand-Alf
6

... Et l'enfer le suivait.

Pour avoir une idée de mon expression dépitée à la sortie de ma séance de "Only god forgives", je vous invite à vous poster devant un miroir et de vous observez en train de diviser 1356, 876543 par...

Lire la critique

il y a 9 ans

129 j'aime

13

Locke
kccinemacoms
4
Locke

Une erreur qui coûte cher

Locke est un film qui se déroule en temps réel et qui ne met en scène qu'un seul personnage, Ivan Locke joué par Tom Hardy (Des Hommes sans Loi, Inception, La Taupe, Mad Max Fury Road), dans un seul...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

Divergente 2 : L'Insurrection
kccinemacoms
5

Meilleur que le premier volet mais potentiel gâché par ses effets spéciaux

Suite directe de Divergente, l'Insurrection place Tris et Quatre en fuite pour mieux se venger de Jeanine qui découvre un artefact pouvant changer la donne. Meilleure intrigue que le premier volet,...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Sleepy Hollow
kccinemacoms
7

Critique de Sleepy Hollow par kccinemacoms

Comme chaque début de saison TV, il y a des nouveautés, certaines malheureusement sans intérêts et d'autres un peu plus intéressantes, pour ma part Sleepy Hollow a intégré la seconde grâce à un beau...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime