👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Après des vacances de fin d’année passées à éternuer, se moucher, tousser, se réchauffer, me revoilà pour critiquer PANIQUE de Julien Duvivier.

Je ne le répéterais jamais assez mais j’ai toujours un a priori avec les vieux films. On ne se refait pas. L’image crépitante, le son dégueulasse, le noir et blanc tacheté, à chaque début de film je ne peux m’empêcher d’avoir un geste de recul, la tête légèrement de côté et l’œil droit à moitié fermé en me disant « T’es moche ! Laisse-moi tranquille enfin ».

Comme pour La cité de l’indicible peur, après quelques minutes, je n’y fais plus attention.

Et comme pour La cité de l’indicible peur l’histoire se déroule dans une petite bourgade, à la française, et croyez-moi bien qu’on dialogue à l’ancienne. On parle comme on pense et comme on vit. « Dite patron, v’là une belle paire de godasse », «Ah mince, c’est des godasses avec des pieds d’dans », « Elle est morte d’un coup d’pétard ou d’un coup d’couteau », « Un camion d’la morgue qu’emmène une vieille fille zigouiller la nuit dernière ». Le genre de dialogues que j’affectionne, qui sentent bon l’authenticité, parce que des seconds rôles authentiques, le film n’en manque pas.

Du forain de passage au charcutier patriarche avec la langue bien pendue, du vieux lettré amoureux des beaux mots à la gourgandine aguicheuse, ou encore les jeunes mécaniciens, une fois le boulot terminé qui s’en vont jouer, au bar du coin à la belote, et qu’on retrouve sapés comme du Bogart.

Le seul personnage presque « normal » qui se retrouve isolé, c’est Monsieur Hire, le Docteur Varga et Mister Hire (Michel Simon) amateur de photo, toujours le bon mot, concis, net, vu par les autres comme la brebis galeuse, (le personnage parait beaucoup moins excentrique) celui de qui on se moque (représenté dans le film entre autres par le passage des petites-autos, chez les forains, on tout le monde le per(sé)cute), le père fouettard malgré lui par des « on dit ».
Monsieur Hire c’est aussi le personnage qui détient la clé du film, sur le meurtre « de la vieille fille zigouiller la nuit dernière ». Hire comme quelques autres personnages clés tenteront par des truchements, des rapprochements (notamment avec le personnage d’Alice) et autres doubles jeux de mettre fin à cette grande mascarade, presque infantile, du « c’est toi ! » « Non, c’est toi ! » « Non c’est lui !».

Ce que je retiendrais ce sont avant tout les dialogues, les actions qui s’imbriquent bien les unes aux autres, cohérentes, et une mise en scène fouillée (ça bouge tout le temps) et intelligente.

Un film honnête.
demarreur
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Demarreur Jones : Les films du pari perdu

il y a 8 ans

2 j'aime

Panique
Ze_Big_Nowhere
9
Panique

Illusions perdues

C'est un condensé d'humanité qui se découpe en ombres inquiétantes sur les murs gris de cette petite banlieue parisienne. Un petit bout de planète coincé entre un terrain vague boueux et un vieil...

Lire la critique

il y a 7 ans

40 j'aime

19

Panique
guyness
7
Panique

Les (souterrains et magnifiques) mouvements de panique

Proposez un film français de 1946 à deux spectateurs, l'un vieux cinéphile bourlingueur et l'autre jeune blockbusterophage intrépide, et ils auront l'un et l'autre de bonnes et de mauvaises raisons...

Lire la critique

il y a 7 ans

37 j'aime

14

Panique
Torpenn
8
Panique

L'amer à boire

Petite banlieue parisienne avec des airs de province, le rendez-vous des forains avec auto-tamponeuses et voyante cartomancienne, un terrain-vague pour se soulager la nuit ou étrangler les femmes...

Lire la critique

il y a 8 ans

34 j'aime

8

Crusader Kings II
demarreur
9

Un jour, je serai Roi dans mon Royaume.

Mon cher père, Si la clémence gagne le temps, cette lettre vous parviendra ce vendredi, 5e jour d’Août, sur coursier et destrier et vous sera remise en main propre par Maître Ekwydd. Mon très cher...

Lire la critique

il y a 9 ans

40 j'aime

9

Le Bateau à vapeur de Willie
demarreur
1

Mickey Mouse, le nègre de maison de Walt Disney.

D'une débilité sans nom. Qu'on pende Disney par ses crayons. Une chance pour lui d'avoir su gratter au crayon et animer, mais si c'était pour faire passer ce genre d’idées, il aurait mieux valu...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

Les Textiles
demarreur
1
Les Textiles

La marche des Culs

Paris. Boulangerie. Farine. Pain. Baguette. Claude Brasseur ? Barbara Shulz. Nouvelle coupe de cheveux. Claude Brasseur ? Problème. Pas content. Gosses… RRzzz… Annonce. Maison à vendre. Île. Achat…...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime