Parasite : Le chef-d'oeuvre du cinéma coréen.

Avis sur Parasite

Avatar Teslax
Critique publiée par le

Le Festival de Cannes s’est clos sur une note de bonheur pour le réalisateur B. Joon-ho qui remporte la Palme d’Or sur un avis absolu du jury et du public grâce à «Parasite». Habituellement les Palmes d’Or divisent constamment le jury d’un public qui remet très souvent ces choix en question. Or, nous avons là une œuvre qui à l’air de convenir à tout le monde, comme si cette année il ne pouvait y avoir qu’un seul vainqueur. Comment se fait-il alors ? Le film nous raconte l’histoire d’une famille très pauvre de Corée du Sud qui est sur le bord de la faillite, mais un miracle va se produite quand Ki-Woo va avoir l’occasion de devenir professeur particulier dans une famille très riche, de là va alors s’enchainer des évènements décisifs pour la famille… Alors l’engouement auprès du nouveau B. Joon-ho est-il justifié ?

« Parasite » ne connait pas cet essor médiatique pour rien. Ce film est certainement l’une des plus grandes œuvres que 2019 a à nous offrir. En effet B. Joon-ho est connu pour avoir réalisé d’immense œuvre comme «Snowpiercer» ou plus récemment «Okja» qui sont toutes des critiques sociétales à leur échelle. Encore une fois, il nous livre une vision totalement engagé du monde d’aujourd’hui et ca fonctionne extrêmement bien tant les codes sont similaire de la Corée à la France. Nous avons un réel questionnement sur qui mérite vraiment sa place dans la société ? Comment sont considérés les opprimés du système ? Au lieu de nous livrer un point de vue linéaire de ce questionnement, B. Joon-va nous laisser constater de part l’histoire qu’il va nous raconter.

Tout est incroyablement bien fait dans ce long-métrage. En effet nous avons tout les acteurs qui sont d’une justesse impressionnante à l’image de C. Woo-sik qui crève l’écran, mais surtout la vedette du film S. Kang-ho qui nous offre la meilleure performance de sa carrière pour le moment ! La narration est aussi tout simplement bluffante, même si on lui reconnait une certaine lenteur pour exposer tout les faits, la seconde partie du film est tout simplement à nous couper le souffle tant les moments de tensions sont épuisants moralement. Nous avons en effet un final, qui dure 45 minutes à partir du moment où la famille squatte la maison des riches propriétaires et qui ne va nous laisser aucun moment de répit même dans les moments que l’on s’imagine plus calme. Mais là où est la grande force de ce film, c’est bel et bien dans sa réalisation. En effet tout est parfait dès le premier plan du film (avec cette appartement en dessous du sol pour marquer encore plus l’appartenance sociale de la famille) jusqu’à l’ultime acte qui nous présente un justesse dans la façon de planifier l’entièreté de la scène qui est juste jubilatoire.

«Parasite» est sans aucun doute l’œuvre la plus travaillé, la plus réfléchit et la mieux mise en scène par B. Joon-ho. Ce film en effet un cas d’école que absolument tout bon réalisateur souhaite un jour pouvoir mener sans aucun faux-pads comme nous l’a exécuté B. Joon-ho. Ce film est une baffe dans tout les caractéristiques cinématographique, alors des baffes comme celle-ci, on en redemande chaque jour. Le cinéma coréen est en phase de devenir un cinéma majeur du monde, si il ne l’est déjà grâce à des films comme celui-ci. Merci B. Joon-ho.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 640 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Teslax a ajouté ce film à 1 liste Parasite

Autres actions de Teslax Parasite