Affiche Persona

Critiques de Persona

Film de (1966)

La parole est serment, le silence le tord

L’idée de départ est d’une simplicité confondante : instaurer un dialogue entre une femme prolixe et sa patiente, aphasique. Laisser durer, dériver l’échange, l’essorer et recueillir les larmes, le sang et le fiel qui en résulte. Elisabeth, comédienne, se tait depuis trois mois. On explique à sa place ses intentions, louables et dignes d’admiration : intégrité, refus du mensonge, rejet du... Lire la critique de Persona

142 41
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Critique de Persona par Low Energy Idol

Best Film Ever. Le titre parle déjà de lui-même : "Persona" est un terme de psychanalyse jungienne, qui signifie grosso modo "masque social". Ce "Persona" est un mécanisme psychique qui prend sa source dans le "Moi" (centre du champs de conscience) qui pousse chacun à adopter une attitude sociale déterminée en fonction du contexte environnant, ce qui finit par confondre l'identité propre de... Lire l'avis à propos de Persona

101 10
Avatar Low Energy Idol
10
Low Energy Idol ·

Psychanalyse au bord de la mer

Avant de voir Persona, j'appréhendais un peu le cinéma d'Ingmar Bergman. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, et je pensais voir un drame classique avec des personnages bien écrits et un rythme lent. Oui, je sais, les a-priori ont la vie dure, et je confondais peut-être Bergman avec Godard. Parce que dès les premières minutes de Persona, je me suis rendu compte que j'avais faux sur toute la... Lire l'avis à propos de Persona

124 20
Avatar PFloyd
9
PFloyd ·

Persona me gratta

C'est la première fois de ma vie que je vois un film en blanc et noir. L'anecdote qui accompagne la genèse du film permet de mesurer le gouffre abyssal qui sépare un artiste et le péquin moyen, toi, moi, la voisine, l'analyste financier. Sur son lit d'hôpital, Ingmar voit une photo de Liv et Bibi, baignée d'une lumière qui l'émeut. L'envie de passer quelques jours sur une île perdue de la mer... Lire la critique de Persona

149 22
Avatar guyness
10
guyness ·

Jung and innocent.

Il y a dans la vie deux types de films qui font gamberger. Ceux qui font gamberger sur un sujet aléatoire, et des films qui font gamberger sur un sujet qui vous occupait déjà l'esprit avant de voir le film. Persona a fait pour moi partie de la seconde catégorie. Après un court passage assez incompréhensible et métaphysique au début, l'on se retrouve face à une histoire d'une actrice ayant... Lire la critique de Persona

57 65
Avatar Flagadoss
9
Flagadoss ·

Break on through

Un écran blanc, un son de sonneries, un compte à rebours allant de 10 à 7, une femme, un squelette, la mort, le diable, une araignée, un mouton, un arbre ou encore un gamin posant sa main sur un écran où l’on voit le visage d’une femme… Et commence « Persona ». Sorti au milieu des années 1960, ce film de Bergman nous fait suivre une actrice de théâtre qui se retrouve brusquement muette et qui va... Lire l'avis à propos de Persona

40 7
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Persona

Difficile de parler d'un film aussi dense tant l'approche psychologique de ses personnages est profonde. Dès le début du film, le réalisateur brouille les pistes avec un mélange au montage syncopé fait de séquences métaphoriques avec notamment cet enfant qui touche le visage d'une femme sur un mur (comme pour présenter la relation mère/fils qui sera importante pour l'une des deux protagonistes)... Lire l'avis à propos de Persona

27 5
Avatar Velvetman
9
Velvetman ·

La victoire sur le silence.

« Je sens aujourd’hui que dans Persona je suis arrivé aussi loin que je peux aller. Et que j’ai touché là, en toute liberté, à des secrets sans mots que seul le cinéma peut découvrir. » Ingmar Bergman Le choc. L’impression de vivre l’un de ses plus grands moments de cinéma. «Persona», une énigme en noir et blanc, un univers incroyable, un vaste tourbillon mental semé par... Lire la critique de Persona

36 2
Avatar Kiwiwayne Kiwinson
9
Kiwiwayne Kiwinson ·

L'âme et la pellicule

Si l’on excepte Toutes ses Femmes, paraît-il très mineur, trois ans se sont écoulés entre Le Silence, l’un des titres les plus noirs, cruels et désespérés d’Ingmar Bergman, et la création de cette œuvre-charnière, centre de gravité de toute sa filmographie, vivisection radicale du monde névrosé de l’après-guerre allongé sur son divan en pellicule. Trois ans pour lui c’est... Lire l'avis à propos de Persona

22 4
Avatar Thaddeus
10
Thaddeus ·

Identité

Qu'est ce qui m'a emporté dans "Persona", qu'est-ce que c'est que cette chose qui, par un procédé qui m'est inconnu m'a rendu admiratif devant ce curieux objet, cette œuvre, cette très grande œuvre ? Est-ce la photographie magnifique, les plans parfaits des personnages plongés dans l'ombre, le fait que le fond ne soit pas toujours évident quand la forme subjugue ? Il parait que Bergman aborde le... Lire l'avis à propos de Persona

28 8
Avatar Deleuze
9
Deleuze ·