La musique adoucit les mœurs

Avis sur Rencontres du troisième type

Avatar Tonto
Critique publiée par le

Des phénomènes étranges se manifestent en plusieurs points du globe, sans connexion apparente. Sauf pour le professeur Claude Lacombe (François Truffaut), qui veut y voir la preuve que ses recherches sur les extraterrestres ne sont pas vaines, et qu’il n’a jamais été aussi près d’aboutir. C’est aussi l’avis de Roy Neary (Richard Dreyfuss) qui, pour avoir été témoin de l’apparition d’OVNIs, ne vit plus que pour une chose : retrouver les créatures qui étaient à l’intérieur des appareils qu’il a vus…

Ça n’est un secret pour personne : Steven Spielberg fait partie de ces réalisateurs qui ont modifié profondément le visage du cinéma américain, et par conséquent, du cinéma tout court. Des Dents de la mer à Indiana Jones, il a révolutionné le blockbuster, tout comme il a offert au genre de la science-fiction certaines de ses œuvres les plus grandes, comme Jurassic Park ou La Guerre des Mondes. Bien évidemment, Rencontres du troisième type est à classer dans ces dernières.
Œuvre fondatrice s’il en est, cette dernière nous rappelle – une fois n’est pas coutume – pourquoi le cinéma de Spielberg est si grand. Non qu’il soit dénué de défauts, bien au contraire, mais à chacun de ses films, le réalisateur confirme sa capacité à dépasser tous ses défauts pour nous offrir un pur instant de cinéma. Evidemment, on pourrait se focaliser sur des personnages peu attachants (et ce n’est pas en voyant Neary sculpter sa purée et sa mousse à raser en forme de montagne qu’on va s’y attacher) ou sur une intrigue lente et assez laborieuse.
Pourtant, si l’on passe sur une première moitié trop inégale, la deuxième moitié du film nous réserve quelques magnifiques moments, qui culminent dans la séquence inouïe du contact entre les scientifiques et les extraterrestres, véritable moment de grâce dans le paysage cinématographique américain, où l’art sonore et visuel de Spielberg se mêlent en une symbiose étonnante qui marque une scène proprement inoubliable dans les annales du grand écran. Spielberg réussit en effet mieux que jamais à nous partager sa fascination pour les extraterrestres, aidé en cela par une excellente bande-originale de John Williams et une solide photographie signée Vilmos Zsigmond.
Comme d’habitude chez le réalisateur, la forme tend à occulter le fond, mais ici, contrairement à ce qu’il fera dans A.I. par la suite, il prend bien soin de ne pas expliciter un message mièvre et naïf. Ici, Spielberg porte une attention toute particulière à ne jamais en faire trop : la volonté des extraterrestres restera énigmatique jusqu’à la fin. Quelques pistes sont bien disséminées pour ceux qui veulent vraiment chercher la petite bête, mais les autres se laisseront sans problèmes porter par une poésie dont la puissance de fascination est encore totalement intacte aujourd’hui.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 152 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Tonto a ajouté ce film à 2 listes Rencontres du troisième type

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 1977

    Les meilleurs films de 1977

    Avec : La Guerre des Étoiles, Les Aventures de Bernard et Bianca, Peter et Elliott le Dragon, Un vendredi dingue, dingue, dingue,

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de Steven Spielberg

    Les meilleurs films de Steven Spielberg

    Avec : Indiana Jones et la Dernière Croisade, Indiana Jones et le Temple maudit, Les Aventuriers de l'arche perdue, Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne,

Autres actions de Tonto Rencontres du troisième type