Trouble

Avis sur The Laundromat : L'affaire des Panama Papers

Avatar RamiValak
Critique publiée par le

Je crois que je suis hermétique aux films de Steven Soderbergh, j'avais profondément détesté Paranoïa, High Flying Bird m'avait ennuyé au plus au point, et les deux suites de Ocean's Eleven m'avait également ennuyé. Alors je n'ai pas pas vu Logan Lucky mais celui-là avait l'air plutôt sympa, ni sa Palme d'or : Sexe, mensonges et vidéo, mais hormis le premier opus de la saga Ocean's (que j'adore), je déteste ou m'ennuie devant tous ces films. Et The Laundromat ne fait pas exception, je l'ai tout de même bien plus aimé que ses deux films précédents, mais l'ennui et le désintérêt est toujours là. J'ai suivi le film avec attention tout de même et je n'ai tout de même pas compris clairement les événements en question, que je ne connaissais pas avant le film, et que je ne connais pas beaucoup plus après. Je pense que ce sont les acteurs qui m'ont permis de ne pas détester ce film, car malgré tout, le duo Gary Oldman/Antonio Banderas fonctionne à merveille, et j'ai apprécié cette façon de parler à la caméra, qui m'a rappeler mes Scorsese préférés (principalement Le Loup de Wall Street). Meryl Streep est aussi très cool, même si je n'ai pas bien compris son monologue final où elle se balade dans les décors du film, je ne vois pas de sens particulier à cela, cela n'est qu'une blague assez étrange à mon goût. Le film est assez décousu, on enchaîne des cas particuliers de gens qui vont subir la révélation des Panama Papers, et les trois acteurs principaux naviguent au milieu de tout ça.
La réalisation me semble tant tôt belle, tant tôt énervante, car on a des plans très esthétiques (quand l'homme d'affaire chinois se fait arrêter par deux policiers derrière la scène, tout les acteurs apparaissent en ombre sur un fond rouge, tout bonnement magnifique). Mais cela alterne aussi avec une caméra-épaule assez crade, et qui est censé apporter un aspect documentaire au film, alors que le film ne cesse de briser le quatrième mur, je trouve donc cela stupide. C'était bien plus intelligent dans The House That Jack Built, qui enchaîne des plans imitant des tableaux de Delacroix et une caméra ultra-mouvante, mais qui apportait une réalité tangible aux meurtres, et de longs plans-séquences qui empêche la tension de redescendre.
Bref, film qui ne m'a pas plu, mais je pense que c'est un avis très subjectif, alors peut être que ce film n'est tout simplement pas pour moi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 235 fois
2 apprécient

RamiValak a ajouté ce film à 1 liste The Laundromat : L'affaire des Panama Papers

Autres actions de RamiValak The Laundromat : L'affaire des Panama Papers