Ouf

Avis sur Transformers 3 : La Face cachée de la Lune

Avatar kwyxz
Critique publiée par le

C'est un soupir de soulagement que l'on pousse à la sortie de la salle parce que ouf, c'est terminé, et ouf, c'était le dernier (ou en tout cas, on l'espère).

Si le premier épisode de Transformers m'avait presque séduit par son kitsch complètement assumé et sa bonne volonté manifeste, le second m'avait plongé dans la perplexité et l'effroi (sans parler de l'ennui). C'est donc avec une certaine appréhension que je suis allé voir cet ultime opus signé Bay, et le constat est mitigé mais pas totalement catastrophique non plus. Donc oui, c'est mieux que le 2, mais c'est pas un exploit.

Alors oui il faut bien l'avouer cette bataille finale de près d'une heure dans un Chicago entièrement dévasté est épique, visuellement incroyable, et les morceaux de bravoure s'enchaînent, les situations sont évidemment rocambolesques mais pleines d'intensité et si l'on ne peut que sourire devant les discours grandiloquents et pompiers de ces robots aliens force est de reconnaître que pour le coup on est loin d'un manichéisme béat si l'on considère que même les "gentils" n'hésitent pas une seule seconde à exécuter froidement leurs ennemis déjà au sol. Ouch.

Le problème, c'est tout le reste du film, déjà ces 90 minutes d'ouverture qui n'en finissent pas, et n'en finissent pas, et n'en finissent pas, de temps en temps hop quelques secondes de gros robots géants qui se battent (même si les Autobots ont la facheuse tendance de rouler pépère pendant des plombes tandis que les Decepticons défoncent tout autour d'eux) histoire de faire oublier qu'on s'ennuie mais putain, qu'est ce qu'on s'ennuie. Heureusement que Michael Bay vit dans un univers où toutes les nanas de moins de 30 ans ont le physique de playmates de Playboy. Ça fait un peu passer la pilule de cette attente interminable. Pendant ce temps là toute une brochette d'acteurs cachetonne : Ken Jeong, John Turturro, Frances McDormand, Patrick Dempsey (complètement nul), et surtout John Malkovitch qui, depuis Burn After Reading et Red, joue tout le temps les mêmes cinglés. Il faudrait que quelqu'un lui dise que ça commence à devenir encore plus relou que Bill Murray qui joue les blasés.

Shia Labeouf est fidèle à lui-même, c'est à dire très mauvais. Un jour je comprendrai comment Hollywood a pu considérer que ce type était un acteur prodige, je veux dire à côté on a des Jesse Eisenberg, même Chloe Moretz a plus de potentiel que Shia Labeouf, alors ça suffit avec lui merde à la fin. No comment sur Rosie Huntington-Whiteley qui joue tellement mal qu'on se demande pourquoi on lui a écrit tellement de lignes de dialogue alors qu'elle n'a pas été embauchée pour ça (les premiers plans sur son cul annoncent pourtant la couleur)

Et ce qui achève de plomber le film, c'est qu'il y a de gros problèmes de montage, je veux dire merde putain la chose dure 2h30 et Bay a quand même été capable de nous coller des ellipses tellement monstrueuses qu'elles passeraient presque pour de faux raccords. Et le scénario de départ ne tient tout simplement pas debout, ce qui achève l'intégralité de l'histoire. Bon okay, je sais que quand on va voir Transformers on s'attend pas à ce que le scénario soit cohérent mais merde, c'est un peu trop facile.

Au final se faire chier 90 minutes pour ensuite une heure de belles images sans queue ni tête, c'est un peu cher payer. Surtout si, comme lors de ma séance, le volume sonore dans votre salle est réglé trop fort, vous allez en sortir avec une migraine c'est quasi garanti. Heureusement que le MK2 Bibliothèque proposait des séances 2D, parce que si en plus j'avais dû me coltiner de la 3D mon cerveau aurait probablement déjà explosé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 883 fois
35 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de kwyxz Transformers 3 : La Face cachée de la Lune