Affiche Twixt

Critiques de Twixt

Film de (2011)

Et Coppola inventa... la Lune moustachue

Tentons d'oublier un instant que Twixt est un Coppola. Ainsi, nous barrons la route au cruel sentiment qu'est la déception. L'histoire démarre avec une petite présentation de Swann Valley : sa quincaillerie miteuse, son clocher biscornu à sept faces, ses jeunes gothiques (=dépravés/satanistes) et, bien sûr, sa douzaine de gamins trucidés. Voilà, la voix off – un brin outrancière – a fini de... Lire la critique de Twixt

29 9
Avatar VaultBoy
4
VaultBoy ·

S'abstient de la blague trop facile du "Twixt : deux doigts coupe-faim". Oups.

Je ne connais quasiment pas le cinéma de Coppola, je n'ai même pas vu Apocalypse Now, c'est vous dire. -- placez vos huées / jets de tomates ici -- Pour cette raison j'abordais ce film sans rien en attendre de particulier, que ce soit dans le bon ou le mauvais sens. Le scénario est assez foutraque, certes, de bonnes idées, des plus communes et surtout pas mal qui ne sont pas assez... Lire la critique de Twixt

27 9
Avatar Pravda
7
Pravda ·

Tourné autour du Poe

Tous ceux qui regrettent la mort prématurée de certains de leurs artistes préférés ont sans doute bien tort. En effet, pour un Hendrix, une Mozart ou un Tony Scott (naaan, je déconne, je vous laisse remplir par vous même votre liste, puisant pour cela dans votre panthéon personnel ou dans le fameux club des 27 si on reste dans le domaine musical), combien de McCartney, De Niro (http://sens.... Lire l'avis à propos de Twixt

32 5
Avatar guyness
4
guyness ·

"Bullet-proof"

Twixt fait mal aux yeux et au cœur. Son esthétique de couverture de littérature YA donne envie de mourir, Elle Fanning est maquillée en perroquet, les effets spéciaux sont ratés... bref, c'est foireux. On s'ennuie, on soupire, on a mal pour Coppola dont les deux derniers films avaient été pourtant des réussites. On se retrouve presque face à une sorte de Dracula inversé, où le numérique... Lire l'avis à propos de Twixt

25 6
Avatar LeYéti
6
LeYéti ·

Ghosts in the jail

Le génie en roue libre comporte toujours son lot de surprise. Depuis que Coppola fait ce qu’il veut, il réinvente le temps et le langage (L’homme sans âge), expérimente toutes les esthétiques possibles ( Lire l'avis à propos de Twixt

17 1
Avatar Sergent Pepper
6
Sergent Pepper ·

♪♫ Twixt and shout ♪♫

Après L'homme sans âge et Tetro, Coppola continue son retour aux sources, ici un peu plus proche de ses années Corman du début des années 1960 (en étant tout de même bien plus ambitieux et surtout personnel). Ici, il nous... Lire la critique de Twixt

15 8
Avatar Docteur_Jivago
5
Docteur_Jivago ·

Very weird trip.

Un film de Francis Ford Coppola est forcément un évènement. Qu'il soit épique, intimiste, accessible ou réservé aux fans, peu importe, on a toujours envie de le voir. S'il n'a jamais réussi à recréer son propre Hollywood, le metteur en scène autrefois ingérable de "Apocalypse now" peut dorénavant mettre en scène des projets qui lui sont chers, sans avoir à en référer à qui que ce soit,... Lire la critique de Twixt

13 1
Avatar Gand-Alf
5
Gand-Alf ·

C'est l'histoire d'un livre qu'est l'histoire d'un film qu'est l'histoire...

Pour n'avoir vu de Coppola que Apocalypse Now – qui est à mon sens le film le plus surestimé de l'histoire du Cinéma – je suis allée voir Twixt sans m'attendre à un film qui me parlerait, mais avec l'idée que j'avais des chances d'assister à une œuvre ayant au moins des qualités de mise en scène. Visuellement parlant, Twixt remplit son contrat. On pourra en critiquer son rendu des couleurs ou,... Lire l'avis à propos de Twixt

30 7
Avatar Spark
6
Spark ·

Twixt and shout

Coppola part dans un délire super perso et super bizarre : déjà Val Kilmer tout bouffi en héros loser et apathique, on sent l'envie de prendre des risques. Ajoutez des effets spéciaux tout moches (j'ai pris le parti de croire que c'est voulu), un peu d'ironie, une ambiance onirique très très appuyée (un noir et blanc peu contrasté avec quelques fulgurances de rouge, entre le beau et le ringard)... Lire l'avis à propos de Twixt

8
Avatar Citizen-Ced
6
Citizen-Ced ·

Le triple deuil

Revenu en 2007, après dix années de disette, Francis Ford Coppola clôt avec « Twixt » sa trilogie de home-movies. Conscient qu'il ne pouvait plus réaliser un film avec la vigueur et la fougue d'un jeune homme (« Le Parrain », « Apocalypse Now », « Rusty James », « Outsiders »...), conscient de ne plus pouvoir réaliser de chefs d'œuvres, l'un des maîtres du cinéma américain est devenu depuis cinq... Lire l'avis à propos de Twixt

8 4
Avatar potaille
9
potaille ·