Premier film de (et première récupération par) Méliès

Avis sur Une partie de cartes

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Le prestidigitateur Georges Méliès faisait partie des 33 spectateurs de la première projection publique du cinématographe (comprenant notamment Sortie d'usine et L'Arroseur Arrosé). Il met rapidement à profit son expérience du 28 décembre 1895 en réalisant 46 films [connus, dont la majorité est perdue] l'année suivante. Une partie de cartes est le premier d'entre eux.

Ce film parodie Partie d'écarté (février 1896) des Lumière (qui auraient vainement tenté de décourager Méliès de se lancer dans le cinéma). Cela en ferait le premier remake du cinéma selon certains commentateurs ; les plagiats ou échos troubles sont légion dès le départ (Boxing Cats de Dickson/Edison repris par les Lumière 4 ans plus tard). Ce coup-d'envoi n'est pas fameux. Il est rudimentaire et surtout absolument banal, ce qui interpelle au vu de la suite de l’œuvre de Méliès, principale responsable de l'introduction des trucages et manières d'illusionnistes au cinéma.

Au moins l'opus des Lumière était limpide et joyeux. Ici, les protagonistes mâles brassent de l'air et Méliès se met au centre pour bien s'afficher. Il fera des merveilles avec sa tête (Un homme de têtes, L'Homme à la tête en caoutchouc) mais c'est pas ici qu'on en trouveraient les prémisses. Un premier pompage en guise de lancement, il y a plus glorieux ; heureusement des centaines de métrages plus ou moins remarquables vont pleuvoir pendant douze ans (à partir de 1909, date du Locataire diabolique, la production s'effondre).

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 179 fois
1 apprécie

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 5 listes Une partie de cartes

Autres actions de Zogarok Une partie de cartes