👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

- Bon, Sean... tu permets que je t'appelle Sean ? Sean... Ce que je te propose, là, c'est, euh... comment dire, de passer 2 heures à l'écran en slip de drap rose et deux cartouchières de la même couleur.
- OK.
- Sinon, au niveau du look, tu seras magnifique: un catogan comme on en portera encore 20 ans grâce à toi et une moustache qui commence à faire fureur à New York ces derniers temps.
- OK.
- Tu courras dans la campagne irlandaise, tu tireras une charrette à mains nues...
- OK
- ... tu seras enseveli sous une vingtaine de vieillards libidineux
- OK
- d'abord tu diras pas grand chose et après tu tiendras des discours un peu philosophiques et abscons...euh... comment dire, parce qu'en fait, ce que je veux montrer à travers ce projet c'est ...
- OK
- par contre, Charlotte Rampling te montrera ses seins ! Et y aura d'autres ! Jolies aussi !
- OK.
- Putain Sean, t'es un frère.

On imagine mal aujourd'hui ce qui a pu pousser l'ami Connery sur le plateau de ce Zardoz, nanar cosmique intemporel.
Entre l'envie forte de se défaire de son image Bondienne et la réputation sulfureuse de Boorman qui sortait d'un Delivrance encensé par une partie de la critique, la jonction était finalement possible.

Si le délire visuel n'était pas si puissant, la prétention l'emporterait et l'ensemble ne serait QUE indigeste.
Mais certaines scènes sont si rétinement fortes (le massacre final par les exterminateurs, par exemple), si ancrés dans ces folles seventies (on approche de la fin de ma décénie magique) que l'ensemble a toujours, aujourd'hui, une résonance certaine.
Au delà du méli-mélo philosophico-erotico-écologico-religiosiphique (hop !) une ambiance, des scènes marquante, une époque révolue.

J'avais le souvenir d'une 7eme de Beethoven omniprésente et marquante. En fait, on ne l'entend qu'au début et à la fin. Boorman gardera une personnalité forte à travers "Excalibur" et la "foret d'Emeraude", et Connery, dont ce n'était que le deuxième film post Bondien (après le grandiose "The Offence") voguera ensuite vers de rivages plus... conventionnels.

Pas grandioz, mais quand même "nanarland-superboz !
Zardoz
guyness
6
Zardoz

Jaieumadoz !

- Bon, Sean... tu permets que je t'appelle Sean ? Sean... Ce que je te propose, là, c'est, euh... comment dire, de passer 2 heures à l'écran en slip de drap rose et deux cartouchières de la même...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

7

Zardoz
pphf
8
Zardoz

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin

Sean Connery et son slip rouge, Sean et ses cartouchières-bretelles assorties, pour une très belle barboteuse, Sean et son catogan tartare, ses moustaches triomphantes, son torse velu, son...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

3

Zardoz
philogicae
9
Zardoz

Une oeuvre incomprise et injustement nanardisée...

Cela faisait quelques années que j'avais ce film dans mes dossiers. Je l'avais maintes fois double-cliqué par curiosité, me demandant ce que pouvait être cet étrange objet cinématographique sur...

Lire la critique

il y a 10 ans

36 j'aime

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

339 j'aime

50

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

310 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141