New York, toujours. Après les incursions vers Vegas et le Tibet, et avant de pouvoir enfin s’atteler au projet de sa vie que sera Gangs of New York, Scorsese replonge dans sa ville, avant l’ère de la tolérance zéro de Giuliani, pour pouvoir en explorer les bas-fonds.


Sorte d’excroissance de Taxi Driver, écrite par le même Schrader, A tombeau ouvert imagine un nouvel ange face à l’enfer : non plus exterminateur, mais salvateur, en la personne d’un Cage qui troque le taxi contre une ambulance de nuit. Le jazz mélancolique laisse place à une playlist rock survitaminée, de Van Morrison au Clash en passant par R.E.M. et Johnny Thunders.
Cette rythmique infernale colle parfaitement aux nuits successives de service durant lesquelles Frank enchaine les collègues, tous plus dingues les uns que les autres ; services débordés par une cour des miracles, visions hallucinées dans une gradation constantes offrent de belles séquences. Scorsese s’en donne à cœur joie, dans une lumière blafarde, cramée par la froideur des néons, tournant sa caméra en tous sens, rivé au point de vue d’un homme qui perd pied face à la misère du monde.


Quelques traits d’humour, surtout dans la première partie, dynamisent un peu cette noirceur, notamment dans les personnages des binômes de Frank, évangélistes allumés ou nettoyeurs barges, dans une ambiance Urgences du quart monde assez décapante.


Mais cette vigueur clipesque, pour séduisante qu’elle soit, n’en est pas moins redondante, et n’est surtout que l’emballage pour un scénario qui va reprendre les obsessions religieuses du réalisateur avec une subtilité discutable. La compassion sacrificielle de Frank, assez pesamment explicitée par une voix off, déploie le catalogue des visions poussives (comateux qui lui parlent, fantôme d’une jeune SDF morte sans qu’il ait pu la sauver, puis de tous les morts miséreux de la ville…) et des symboles du même tonneau : le dealer se retrouve crucifié face à un feu d’artifice, le personnage féminin s’appelle Mary, et finira par être sa pietà, tandis que notre bon samaritain apprendra à rester témoin sans faire siens les stigmates (Nicolas Cage a déjà le faciès d’un chien maltraité, mais on atteint ici un climax que Brigitte Bardot elle-même réprouverait) d’un monde en pleine décadence.


La ville est devenue folle, le film s’en fait l’écho ; il lui manque ce recul, cette compassion par la mélancolie qu’avait Taxi Driver, et qui en faisait un grand film : a trop coller au point de vue de ses personnages torturés, Scorsese perd une part de ce surplomb qu’on pourrait qualifier de sagesse.


http://www.senscritique.com/liste/Integrale_Martin_Scorsese/1467032

Créée

le 24 oct. 2016

Critique lue 2.1K fois

42 j'aime

1 commentaire

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 2.1K fois

42
1

D'autres avis sur À tombeau ouvert

À tombeau ouvert
RemyD
10

Calvaire nocturne d'un ambulancier new-yorkais

Scorsese retrouve son scénariste de Taxi Driver, Raging Bull et La Dernière Tentation du Christ, le calviniste Paul Schrader et offre à Nicolas Cage un rôle plus christique que jamais.En français,...

le 26 juil. 2022

35 j'aime

À tombeau ouvert
cinemusic
10

Les nuits hantés d'un ambulancier...!

Début des années 90:un ambulancier, Franck Pierce (Nicolas Cage) sillonne toutes les nuits les rues de Hell's Kitchen avec divers coéquipiers pour tenter de sauver des personnes que personne ne veut...

le 26 mars 2018

18 j'aime

7

À tombeau ouvert
Gharlienon
7

Ci-gît la vie... à vie ???

Nicolas Cage... Il a tourné dans un parquet de films médiocres, s'est distingué avant tout aux yeux du grand public pour l'outrance de son jeu. et ceci, notamment à travers ses expressions simiesques...

le 25 août 2014

12 j'aime

1

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

704 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53