Avec un film aussi prometteur que La Nuée, dans le genre fantastique, que le jeune cinéma français semble enfin aborder sans préventions ni complexes, le nouveau long-métrage de Just Philippot semblait pétri sur le papier d'une ambition réelle. Il faut hélas déchanter un peu. Certes, le cinéaste confirme qu'il sait créer de l'intensité et du suspense, avec des scènes d'action tout en maîtrise, mais l'écriture de Acide souffre d'un manque de densité et de profondeur, qui le relègue à un "simple" récit de survie, sans chercher plus avant des résonances sociales et surtout écologiques. Le film s'attache presque exclusivement à ses deux personnages principaux, perdus dans le chaos, sans d'ailleurs parvenir à susciter une véritable empathie à leur égard, vu leur esprit farouchement individualiste. Acide, jusqu'à sa conclusion insatisfaisante, semble développer un esprit misanthrope qui fait quelque peu froid dans le dos (c'était un peu pareil dans La Nuée, en définitive), puisqu'après tout les humains ont bien cherché, par leur comportement, toutes les avanies qui leur tombent sur le râble. Mourons sous la pluie, nous l'avons mérité, non ? Quoi qu'il en soit, pour peu qu'il bénéficie de scénarios moins "à l'os" et davantage peaufinés, Just Philippot restera un cinéaste dont la trajectoire pourrait bien réserver quelques (bonnes) surprises.

6nezfil
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2023

Le 14 septembre 2023

Critique lue 722 fois

5 j'aime

6 commentaires

Acide
Plume231
4

Cramons sous la pluie !

J'avais bon espoir de visionner quelque chose valant sacrément le détour avec Acide. Après tout, le précédent film du réalisateur, Just Philippot, le très bon La Nuée, parvenait à intégrer un élément...

il y a 8 jours

16 j'aime

6

Acide
Sergent_Pepper
3

Shrinking in the rain

L’éco anxiété est évidemment un terreau fertile pour le film d’horreur : autant attendre la fin du monde avec un seau de pop-corn. Voici donc, après la nuée et ses sauterelles, une nouvelle plaie...

il y a 7 jours

12 j'aime

5

Acide
Behind_the_Mask
6

♪ Rain and tears... Are the same ♫

En France, il semblerait que le film de genre ne puisse accéder à une certaine forme de reconnaissance et de considération que lorsqu'il est animé par quelque chose d'autre que sa nature profonde. La...

il y a 5 jours

10 j'aime

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

il y a 2 ans

67 j'aime

13

As Bestas
6nezfil
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

il y a plus d’un an

64 j'aime

5

Drunk
6nezfil
8

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

il y a 3 ans

59 j'aime