Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Dans la famille "bonjour, je suis nominé à 30 oscars et je n'en mérite pas un seul", AB se pose un peu là.

(je vais être un peu vulgaire, m'enfin c'est pas ma faute)

Le constat est simple: ce sera 2h et quelques de vide absolu. Un certain nombre de personnages qui ont tous la particularité d'être des minables hystériques et dont on se tape de leur vie de merde. Du coup, ça blablate encore et encore, sans le moindre enjeu. De ce fait, les rebondissement sont affligeants de désintérêt: Ah très bien, ils veulent piéger machin lors de la soirée ? Cool, mais je m'en branle toujours.
A côté de ça, on a droit à une caricature des meilleurs Scorsese, filmé n'importe comment (à certains moments, je ne comprenais pas grand chose, et c'est gratuitement tape-à-l'oeil en plus, à l'image d'un milliard de gros plans surlignés), appuyé par une BO 70's bien trop insistante et au final peu mémorable, et un usage de la voix-off totalement invraisemblable. Ta gueule putain.
Et d'après SC, j'apprends que le film est censé être une comédie. Ah d'accord.
Alors oui, il y a du travail au niveau des costumes, du maquillage et des décors. Mais au final, le film est à l'image de sa bonne (presque la seule en fait) scène d'intro, dans laquelle on voit Bale coiffer sa perruque, à savoir un enrobage presque potable pour cacher le reste: le néant total.

Le plus drôle dans tout ça, c'est que quasiment à la même période, et donc après 50 ans de carrière, Scorsese arrive à te sortir Le Loup de Wall Street, alors que de son côté, et avec une carrière relativement courte, Russell te sort une merde pareille. J'veux dire, Scorsese a quand même bien dû se taper des barres en voyant ce film en concurrent officiel aux oscars. Mais c'est triste en fait, parce que j'aimais bien Fighter et Happiness Therapy, mais là..

Et puis pour les trois idiots du fond, je tiens quand même à dire qu'au lieu de se plaindre des nombreux décolletés qui ponctuent le film, vous feriez mieux de remercier Amy Adams d'être si généreuse et si sexy (alors qu'elle est totalement plate et a d'autant plus de mérite du coup), car vu la qualité du truc, c'est encore ce qu'il y avait de mieux à se mettre sous les yeux.
New_Born
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top films (re)vus en 2014

Créée

le 23 sept. 2014

Critique lue 643 fois

20 j'aime

6 commentaires

New_Born

Écrit par

Critique lue 643 fois

20
6

D'autres avis sur American Bluff

American Bluff
guyness
5

Jeux d'artifices

Une critique à 4 mains et presque en 3G (Guyness & Gothic) : 1ERE PARTIE Le juge: Mesdames et Messieurs, l'audience est ouverte. Procureur GuyNess: Maître Gothic, votre rôle d’avocat vous empêche d’y...

le 14 févr. 2014

49 j'aime

20

American Bluff
Nomenale
7

To curl up and dye* [revue capillaire]

- Dis donc, Nomé, Faudrait pas prendre l'habitude de critiquer trop de films, et puis quoi, ils sont où tes bouquins de dépressifs ? - Ca vient. D'ailleurs je m'étais promis que ma prochaine critique...

le 12 févr. 2014

48 j'aime

5

Du même critique

Interstellar
New_Born
6

Intermarché.

Interstellar, c’est le film dont tout monde parle en ce moment. Que ce soit sur le site bien évidemment, mais également par vos collègues ou vos amis, vous ne pourrez y échapper. Il faut dire que...

le 10 nov. 2014

79 j'aime

55

Boogie Nights
New_Born
8

"I'm Dirk Diggler. I'm the star. It's my big dick and I say when we roll."

En guise de préambule, je tiens à préciser que je suis un fan inconditionnel de Paul Thomas Anderson, que Magnolia est mon film préféré, et donc, si je manque de discernement lorsque je parle de lui,...

le 3 janv. 2013

68 j'aime

8

American Beauty
New_Born
10

Quelques pétales de roses..

American Beauty raconte l'histoire d'un homme, Lester, qui décide de changer. Sa femme le méprise, et il ne parle quasiment plus à Jane, sa fille. Un soir, alors qu'il vient à la danse d'ouverture...

le 31 mars 2012

61 j'aime