Annette
6.8
Annette

Film de Leos Carax (2021)

Le rare Leos Carax dans notre époque complètement sur-numérisée, cela donne quoi ? Ben, qu'est-ce qu'un réalisateur ne reculant devant aucun excès peut faire du numérique ? Ben, en user et en abuser pour se laisser aller à toutes les fulgurances visuelles. Et ce que l'on ne pourra jamais enlever à ce cinéaste, c'est le fait de savoir en foutre plein les yeux.


Bon, OK, pour la forme. Mais pour le fond, ça parle de quoi Annette ?


Ben, c'est une espèce de conte musical (forcément cruel, car tous les contes le sont ; et Adam Driver figure bien l'ogre !), où tout le monde chante sur tout, qui assume son extravagance, son grotesque dès le début en soulignant bien le côté fictif de l'art cinéma, avec Leos Carax himself pour lancer le truc, et à la fin... oui, ne vous tirez pas avant que le générique soit terminé. Une sorte de mise en abyme qui donne l'impression de s'adresser directement à nous, spectateurs, au début et à la fin donc.


Et pour les thématiques, entre les deux, c'est un véritable brassage baroque (le fond joignant totalement la forme par ce biais !). Notre époque sur-numérisée, de plus en plus facilement offensée, où l'idole d'hier peut être le détesté de demain à la vitesse telG par le public, cette hydre aux milliards de têtes. Le poids de la célébrité sur l'individu, sur le couple. Les fantômes du passé auxquels on ne peut pas échapper. Ce que peut avoir de toxique le comportement d'un parent envers son enfant, marionnette se laissant manipuler tel un pantin de bois façon Pinocchio (au sens propre comme au figuré !).


Ah oui, comme il l'avait déjà montré auparavant dans Mauvais Sang et Pola X, le metteur en scène kiffe les plans à moto. Vous kiffez les plans à moto, vous allez adorer.


Mais tout cela résumé ainsi pourrait faire croire à un fourre-tout vain. Pour moi, ceci n'aurait pas été étonnant étant donné que Carax a eu la mauvaise habitude par le passé de croire qu'une accumulation de fulgurances visuelles suffit à faire un récit un tant soit peu cohérent. Rassurez-vous, ici, ce n'est pas le cas. Il y a une ligne directrice de scénario claire. L'intrigue est facile à comprendre et à raconter. En fait, c'est dire comment c'est narré qui est difficile à exprimer. Disons qu'il n'y a aucune outrance devant laquelle l'ensemble recule, d'autant plus que le numérique est là pour appuyer sur cet aspect des choses et l'assister.


Avec Annette, Leos Carax fait comprendre que le cinéma doit donner lieu à une expérience surprenante et faire réfléchir, pousser à se demander "mais qu'est-ce que l'on vient de voir ?" ; en gros, le genre qu'on n'oublie pas un quart d'heure après. Vous pouvez aimer ou ne pas aimer, prendre le tout au sérieux ou au contraire à la rigolade, mais, au moins, vous y pensez forcément et vous avez envie d'en parler. Ce n'est pas rien. C'est même beaucoup.

Plume231
7

Créée

le 6 juil. 2021

Critique lue 3.6K fois

50 j'aime

1 commentaire

Plume231

Écrit par

Critique lue 3.6K fois

50
1

D'autres avis sur Annette

Annette
Grimault_
9

Sympathy for the dark abyss

La sortie d’un film de Leos Carax est toujours un événement en soi pour les cinéphiles, après seulement cinq films en en 37 ans. Annette, son sixième, dix ans après Holy Motors, s’offre en plus le...

le 8 juil. 2021

187 j'aime

13

Annette
matteop
4

It’s time to start, but without me

Annette, on y est soit emporté soit totalement mis de côté. C’est du moins ce que j’ai cru comprendre en observant le caractère manichéen des critiques qui en sont ressorties. Je me range dans la...

le 8 juil. 2021

126 j'aime

7

Annette
mymp
2

Patatrax

[Chœur] Comment se fait-ce ? Comment se fait-ce ? Un truc pareil, comment se fait-ce ? Et comment l’appeler, ce truc ? Une catastrophe, peut-être un accident industriel ? Un navet, simplement ? Une...

Par

le 9 juil. 2021

78 j'aime

4

Du même critique

Babylon
Plume231
8

Chantons sous la pisse !

L'histoire du septième art est ponctuée de faits étranges, à l'instar de la production de ce film. Comment un studio, des producteurs ont pu se dire qu'aujourd'hui une telle œuvre ambitieuse avait la...

le 18 janv. 2023

291 j'aime

20

Oppenheimer
Plume231
3

Un melon de la taille d'un champignon !

Christopher Nolan est un putain d'excellent technicien (sachant admirablement s'entourer à ce niveau-là !). Il arrive à faire des images à tomber à la renverse, aussi bien par leur réalisme que par...

le 19 juil. 2023

213 j'aime

29

The Batman
Plume231
4

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.]Le meilleur moyen de faire du neuf, c'est...

le 18 juil. 2022

137 j'aime

31