Contexte. Les sorties ciné se font rare quand on a un nouveau-né du coup on sélectionne bien, même très bien en ce qui concerne As bestas.
Ambiance pesante du début à la fin du film, toute l’histoire est résumée dans la première scène bien sûr et on le comprend tout au long du film.
La musique, les images, tout est là pour que l’on ne sorte pas de ce thriller dont on attend le crime jusqu’au bout.
Le réalisateur nous tient en haleine quand les personnages eux sont tous à bout de souffle. Et jusqu’à la dernière respiration, on s’attend à la pire des violences humaines sauf que non, on aura droit à un combat animal, une guerre de territoire, un match linguistique qui n’a de violent que la solitude qu’il va laisser derrière lui.
Et c’est ce qui fait également de ce film à suspense une incroyable histoire d’amour qui le rend d’autant plus touchant, car c’est bien elle que l’on ne s’attendait pas à trouver et sur laquelle le réalisateur choisit de nous laisser.

Conclusion. Merci de ne pas m’avoir fait regretter de passer la soirée loin d’elle. C’est un plaisir de réaliser qu’elle sera toujours là pour moi comme nous serons toujours des animaux.

Dolores34
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2022

Créée

le 3 août 2022

Critique lue 29 fois

4 j'aime

Dolores34

Écrit par

Critique lue 29 fois

4

D'autres avis sur As Bestas

As Bestas
Behind_the_Mask
8

Les voisins de la colère

On avait promis monts et merveilles au masqué avec As Bestas, tellement le dernier film de Rodrigo Sorogoyen était présenté comme formidable par la critique pro, dans une unanimité qui, en certaines...

le 20 juil. 2022

91 j'aime

9

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

As Bestas
Sergent_Pepper
7

Recours à la terre

L’ouverture très graphique d’As Bestas rappelle, pour le spectateur qui aurait déjà croisé Sorogoyen, qu’il ambitionne d’être un cinéaste de l’intensité : le corps à corps des hommes de la montagne...

le 16 août 2022

75 j'aime

2

Du même critique

Barbie
Dolores34
8

Shelly

Je suis une Barbie dans un monde de Barbie ! Oh allez on se détend l’anus avant d’aller au ciné svp sinon ça va finir par plus du tout être marrant d’aller voir un film par contre. Alors oui pour...

le 31 août 2023

2 j'aime

Everything Everywhere All at Once
Dolores34
7

Tout, partout, en même temps

En effet. Quelle jolie utopie de penser que quelque part, ailleurs, notre personne ait pu faire de meilleurs choix que nous… si on oublie le côté schizo du processus c’est quand même bien pratique...

le 9 oct. 2022

1 j'aime

The Sadness
Dolores34
6

La tristesse

Bah nan pas du tout ! J’ai ri tout du long, il est hyper drôle ce film. Je sais pas si c’est l’euphorie de la sortie de crise, confinement, élections tout ça ou simplement le fait que je ne...

le 21 juin 2022

1 j'aime

1