Ce troisième film confirme ce que les deux premiers (donc Nouvelle Donne et Oslo, 31 août !) disent de l'univers de Joachim Trier, à savoir qu'il est attiré vers les thématiques de la dépression et des pulsions de mort. Et ce ne sont pas une traversée de l'Atlantique et le remplacement de la langue d'Ibsen par celle de Shakespeare qui vont changer cet état de fait. Au contraire, rien de telle qu'une cellule familiale traumatisée par la disparition de la mère et une incommutabilité entre les membres restants pour que ces sujets s'épanouissent.


Bon, j'ai apprécié les quelques pointes d'humour très discrètes lorsque le plus jeune des fils endeuillés se retrouve en compagnie de la fille de son lycée dont il est amoureux ou quand le paternel essaye de nouer un contact anonyme avec ce même fils en essayant d'aller dans un des refuges de celui-ci, le jeu vidéo. Je ne spoile pas évidemment. Je vous laisse découvrir par vous-même.


Le reste se complaît peut-être un peu trop à se plonger dans les affres les plus profondes de la douleur avec une sorte de complaisance qui peut-être gênante, en faisant tout pour que les personnages s'y enfoncent au maximum par l'amertume ; celle-ci ne semblant être la seule attitude à adopter pour tout le monde. Heureusement, les dernières minutes marquent quelques points, notamment dans le comportement du cadet, étonnamment le plus susceptible de prendre les choses avec maturité en acceptant la réalité.


D'ailleurs, j'ai beaucoup parlé du cadet, mais peu de l’aîné. Ben, c'est qu'il est un peu sacrifié par rapport à son frère et à son père point de vue durée. Il aurait été intéressant de plus l'approfondir. En bref, de plus le voir, d'autant plus que ses scènes sont réussies (je vais y revenir !).


Mais pour en revenir aux qualités qui font quand même pencher la balance positivement, Trier est très fort pour donner par-ci par-là des séquences qui touchent par leur justesse, à peindre un sentiment, une attitude, une atmosphère. J'ai déjà parlé de celles avec un humour discret, mais il y a aussi par exemple cette conversation au bord du terrain de basket du lycée entre les deux frères, le plus vieux ne pouvant pas s'empêcher de mettre un peu de condescendance dans sa bienveillance envers son frangin ou la rencontre dans les couloirs de l’hôpital sous l'égide du hasard entre l’aîné, dont l'épouse vient d'accoucher, et son ex, dont la mère est malade d'un cancer. À tout cela, un jeu d'acteurs impeccable (mention spéciale à Devin Druid !) achève d'insuffler ces moments forts à un ensemble inévitablement composite (par les vies bien séparées de personnages qui n'arrivent pas à se rapprocher !) inégal, mais globalement bien géré.

Plume231
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films avec Isabelle Huppert, Top Joachim Trier et Les meilleurs films norvégiens

Créée

le 3 oct. 2021

Critique lue 248 fois

16 j'aime

4 commentaires

Plume231

Écrit par

Critique lue 248 fois

16
4

D'autres avis sur Back Home

Back Home
Evalia
10

Le fantôme aux cicatrices

Après Reprise et Oslo, 31. august, Joachim Trier, réalisateur norvégien nous offre son troisième long-métrage, et marque sa première exportation Outre-mer. Dans Louder than Bombs, il peint un drame...

le 4 déc. 2015

23 j'aime

Back Home
Fritz_Langueur
8

La mort lui va si mal...

La sélection du Festival de Cannes 2015 comptait dans ses rangs quelques uns des plus beaux films de l’année, dont trois, ayant pour thématique le deuil, se détachent des tous les autres. Après «...

le 15 déc. 2015

17 j'aime

2

Back Home
Plume231
6

Retour à la vie !

Ce troisième film confirme ce que les deux premiers (donc Nouvelle Donne et Oslo, 31 août !) disent de l'univers de Joachim Trier, à savoir qu'il est attiré vers les thématiques de la dépression et...

le 3 oct. 2021

16 j'aime

4

Du même critique

Babylon
Plume231
8

Chantons sous la pisse !

L'histoire du septième art est ponctuée de faits étranges, à l'instar de la production de ce film. Comment un studio, des producteurs ont pu se dire qu'aujourd'hui une telle œuvre ambitieuse avait la...

le 18 janv. 2023

292 j'aime

20

Oppenheimer
Plume231
3

Un melon de la taille d'un champignon !

Christopher Nolan est un putain d'excellent technicien (sachant admirablement s'entourer à ce niveau-là !). Il arrive à faire des images à tomber à la renverse, aussi bien par leur réalisme que par...

le 19 juil. 2023

213 j'aime

29

The Batman
Plume231
4

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.]Le meilleur moyen de faire du neuf, c'est...

le 18 juil. 2022

137 j'aime

31