⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

La sélection du Festival de Cannes 2015 comptait dans ses rangs quelques uns des plus beaux films de l’année, dont trois, ayant pour thématique le deuil, se détachent des tous les autres. Après « Valley of love » de Nicloux, « Mia madre » de Moretti, c’est au tour de « Back home » de sortir sur les écrans. Joachim Trier, très remarqué en 2012 avec l’impressionnant « Oslo, 31 août » confirme un exceptionnel talent à filmer l’intériorité du drame, plaçant le spectateur comme le témoin privilégié d’instants intenses, qu’il partage avec les personnages. Il ne néglige pas non plus cette mise en scène presque chirurgicale, à la limite austère, de son précèdent film, prompte à provoquer la suffocation tout en maintenant à vif l’attention.


Il est d’ailleurs intéressant de faire le parallèle entre le film de Moretti qui joue sur le circonstanciel (l’avant décès) et où les émotions brutes ressortent en tiroir et « Back home », reposant sur l’analyse, puisque axé sur le travail du deuil. En ce sens les deux films sont complémentaires. Mais là où Moretti distille chaleureusement les sentiments contrastés du manque à venir, des regrets, du temps qui passe, Joachim Trier discerne dans la mort une manière de régler ses comptes avec la vie, et surtout avec la défunte. Le père et les deux fils sont terriblement affligés, chacun à leur manière, et l’omniprésence fantomatique dans leur vie de cette mère, de cette épouse, plombe leur quotidien, entrave l’avenir.


Si l’on occulte une certaine tendance au maniérisme, et une sentiment de déjà vu (les interrogations d’Isabelle sont les mêmes que celle de Rebecca dans « L’épreuve » par exemple) on ne peut que s’extasier sur la construction même de « Back home » oscillant entre la pensée et le réel, dont la mise en images est particulièrement intense (visions de l’accident), profondes (échanges entre les frères, ou avec le père), voire carrément sublimes (la toute première scène sur le bébé, le très long gros plan sur le visage d’Isabelle). « Back home » est un film sur la douleur, celle de découvrir l’être aimé disparu tel qu’il était vraiment, et non pas tel que l’on voudrait qu’il fut. Il est avant tout un film sur le mensonge et la lâcheté, chaque personnage se voilant allègrement la face, pour ne pas déplaire, pour ne pas savoir, pour ne pas vivre. Le deuil génère toujours une envie de vivre, ou de revivre.


C’est tout cela que concentre Trier dans son film. Et s’il est aussi puissant, cela tient au choix et surtout au jeu des acteurs. Eisenberg, Byrne et Huppert apportent toute l’aura nécessaire à leurs rôles, mais s’il en est un qui se détache plus encore, c’est bien Devin Druid, il crève l’écran en adolescent perturbé, traumatisme que l’on perçoit jusqu’au moindre mouvement du corps.

Créée

le 15 déc. 2015

Critique lue 1.2K fois

17 j'aime

2 commentaires

Fritz Langueur

Écrit par

Critique lue 1.2K fois

17
2

D'autres avis sur Back Home

Back Home
Evalia
10

Le fantôme aux cicatrices

Après Reprise et Oslo, 31. august, Joachim Trier, réalisateur norvégien nous offre son troisième long-métrage, et marque sa première exportation Outre-mer. Dans Louder than Bombs, il peint un drame...

le 4 déc. 2015

23 j'aime

Back Home
Fritz_Langueur
8

La mort lui va si mal...

La sélection du Festival de Cannes 2015 comptait dans ses rangs quelques uns des plus beaux films de l’année, dont trois, ayant pour thématique le deuil, se détachent des tous les autres. Après «...

le 15 déc. 2015

17 j'aime

2

Back Home
Plume231
6

Retour à la vie !

Ce troisième film confirme ce que les deux premiers (donc Nouvelle Donne et Oslo, 31 août !) disent de l'univers de Joachim Trier, à savoir qu'il est attiré vers les thématiques de la dépression et...

le 3 oct. 2021

16 j'aime

4

Du même critique

Ni juge, ni soumise
Fritz_Langueur
8

On ne juge pas un crapaud à le voir sauter !

Ce n'est pas sans un certain plaisir que l'on retrouve le juge d'instruction Anne Gruwez qui a déjà fait l'objet d'un reportage pour l'émission Strip-tease en 2011. Sept ans après, ce juge totalement...

le 12 févr. 2018

59 j'aime

7

120 battements par minute
Fritz_Langueur
10

Sean, Nathan, Sophie et les autres...

Qu’il est difficile d’appréhender un avis sur une œuvre dont la fiction se mêle aux souvenirs de mon propre vécu, où une situation, quelques mots ou bien encore des personnages semblent tout droit...

le 24 août 2017

56 j'aime

10

Tale of Tales
Fritz_Langueur
9

La princesse aux petites poisses...

Indiscutablement « Tale of tales » sera le film le plus controversé de l’année 2015, accueil mitigé a Cannes, critique divisée et premiers ressentis de spectateurs contrastés. Me moquant éperdument...

le 3 juil. 2015

48 j'aime

11