le couple, la mort, les vivants

Joachim Trier est décidément un réalisateur très intéressant,mieux même! Captivant.


Après l’étonnant et prenant « Oslo 31 août » tiré du roman de Drieu la Rochelle « le feu follet » dont L.Malle avait déjà tiré un film avec M.Ronet, le cinéaste norvégien nous livre là « Back Home ».
Il y a une intensité peu commune dans la façon de raconter, de filmer, chez Joachim Trier.


Le film s’ouvre sur une naissance: un plan simple et beau d’une main d’un nouveau-né qui accroche un doigt adulte. Jonah (Jesse Eisenberg) devient père. Dans les couloirs du même hôpital, il croise Erin (une Ex.) qui elle, est là, pour la bientôt mort de sa mère. L’histoire commence donc comme cela, vie et mort mêlées, forcément puisqu’il en va ainsi.
Alors entre elles le couple. La vie du couple, la construction du couple, l’état du couple; les états du couple. L’observation du couple sous-tend le film tout du long et sans jamais faire discours.


Il y a celui du nouveau jeune père, dont il s’est extrait momentanément, sous prétexte d’expo-hommage à sa photographe de mère, décédée depuis plus de deux ans.


Le couple que cette mère (Isabelle Huppert) photographe de guerre, forme avec son prof de mari (très bon Gabriel Byrne) où elle multiplie les départs professionnels et lointains; trouvant ensuite compliqué de rattraper leur quotidien (très joli rapport à deux voix-off, du difficile retour des journalistes dans la vie ordinaire). Et puis bientôt le cadet, encore à l’âge difficile, aura les aspirations…il sera mis en garde par l’aîné, juste après que celui-ci ait menti… à sa compagne.


Tout dans ce film est admirablement ciselé. Une intensité très forte émane du film à presque chaque plan puisque Trier prend le temps de filmer (sans aller jusqu’à la nausée de Kechiche). Et donc une fois encore le cinéma nous parle de nous (sans aller jusqu’à la complaisance de Maïwen) et c’est juste.


Une fois encore le cinéma dans ce qu’il a de meilleur nous rappelle qu’il faut prendre soin de nos proches, prendre soin de nos enfants, même quand ils sont durs à parler et que les pères ne sont pas des sur-hommes.


Un film qui rend plus fort parce qu’il montre nos faiblesses.


EB


Toutes nos chroniques sur le Blog Cinévu

cinevu
8
Écrit par

Créée

le 13 déc. 2015

Critique lue 363 fois

2 j'aime

cinevu

Écrit par

Critique lue 363 fois

2

D'autres avis sur Back Home

Back Home
Evalia
10

Le fantôme aux cicatrices

Après Reprise et Oslo, 31. august, Joachim Trier, réalisateur norvégien nous offre son troisième long-métrage, et marque sa première exportation Outre-mer. Dans Louder than Bombs, il peint un drame...

le 4 déc. 2015

23 j'aime

Back Home
Fritz_Langueur
8

La mort lui va si mal...

La sélection du Festival de Cannes 2015 comptait dans ses rangs quelques uns des plus beaux films de l’année, dont trois, ayant pour thématique le deuil, se détachent des tous les autres. Après «...

le 15 déc. 2015

17 j'aime

2

Back Home
Plume231
6

Retour à la vie !

Ce troisième film confirme ce que les deux premiers (donc Nouvelle Donne et Oslo, 31 août !) disent de l'univers de Joachim Trier, à savoir qu'il est attiré vers les thématiques de la dépression et...

le 3 oct. 2021

16 j'aime

4

Du même critique

The Knick
cinevu
8

Saison 1 Le Docteur House peut aller se rhabiller… puis Saison 2 Hypnotique comme la musiqie

La bonne idée c’est d’avoir choisi Steven Soderbergh pour réaliser ce petit bijou de scénario, un peu comme confier une pierre précieuse au bon orfèvre. Une écriture brillante, des dialogues...

le 18 nov. 2014

36 j'aime

5

La Famille Bélier
cinevu
5

Les Marx Brothers à la ferme .

Un bon petit film à voir en famille , sympathique et tendre. Les provinciaux en prennent un peu pour leur grade et ça frôle parfois le parisianisme mais les comédiens sont de très bonne volonté et...

le 17 déc. 2014

23 j'aime

1

Gone Girl
cinevu
4

Autopsie d’un mariage

Un peu déçue du film dont on parle dans les salons cinéphiles, du bon thriller mais sans plus. On se doute rapidement du dénouement les ficelles sont en osier glacé. Évidement ça reste du cinéma dans...

le 23 déc. 2014

21 j'aime