A Marwen, ce sont les femmes qui sauvent le monde !

Peu importe le sujet, le réalisateur Robert Zemeckis a une incroyable facilité de raconter une histoire avec une magie qui me surprend toujours et une technicité totalement exemplaire. Comme Steven Spielberg, Robert Zemeckis est un grand artiste, un professionnel qui prend bien soin de ses sujets et un cinéaste qui aime vraiment ce qu'il fait. Peu importe les projets qu'il entreprendra, j'aurai toujours une confiance envers ce dernier, comme je l'avais devant sa nouvelle réalisation qui reprends apparemment un documentaire résumant la vie perturbée d'un travesti.


Après l'avoir visionné, le metteur en scène s'est toujours fasciné à l'histoire sensible de Mark Hogancamp, un travesti qui s'est fait violemment tabasser lors d'une soirée bien arrosée. Cette histoire a la particularité de mettre en avant la passion photographique de ce dernier avec ses poupées et sa maquette de village. C'est une histoire qui a aussi émerveillé l'acteur Steve Carell, celui-ci s'est précipité sur son téléphone pour décrocher directement le rôle principal. Avec des passionnés comme Robert et Steve aux commandes du projet, la réalisation avait de quoi partir sous de bonnes bases, que ce soit sur le côté scénaristique ou celui de la technique.


J'ai lu pas mal d'articles sur les moyens et les technologies employés pour mettre en animation les poupées et leur environnement. Parmi les différents outils couramment employés dans l'industrie du cinéma, c'est la caméra 6K et la performance capture qui ont été utilisés. L'équipe technique avait jugé que c'étaient les moyens plus sophistiqués et les plus efficaces à appliquer pour réaliser le travail demandé. Dès les premières images, j'ai tout de suite été très admiratif des séquences dans le village miniature. La magie opère sans la moindre défaillance, l’atmosphère est à la fois douce et poétique et le charme est un indicateur visuel qui ne fait que nous surprendre de plus en plus au fil du visionnage.


On a vu des films employant la performance capture, ça a toujours donné de bons résultats et c'est parfaitement le cas dans ce long-métrage qui met en scène un affrontement entre un capitaine aviateur, sa troupe d'élite féminine et les Nazis. Je ne suis pas un grand fan de Steve Carell mais je dois l'admettre que je l'ai trouvé très attachant dans ses deux rôles, il délivre beaucoup d'émotions sans la moindre retenue et s'applique à fond. Chez les femmes, je crois que nous sommes ravis de voir de belles actrices agir comme Diane Kruger ou Eiza González (Surtout pendant le défilé affriolant et rondement bien rythmé).


Il est vrai que c'est un peu abusé de nous faire croire que les femmes sont la solution d'un problème traumatique, le féminisme frappe malheureusement encore une fois, mais c'est modéré, ça reste raisonnable tout de même. Concernant la mise en scène, il n'y a rien à dire sur ce côté, les deux évolutions quotidiennes (la vie réelle et celle du village miniature) se déroulent sans le moindre accroc, chaque passage d'une évolution à une autre se fait d'une manière intelligente et évidente.


On ne s'y perd pas, le suivi est bien étudié du début jusqu'à la fin et chaque scène est justifiée. Il y a mes yeux l'équilibre adéquat de ce qu'il doit être raconté et comment on le fait (la durée, l'endroit, les dialogues, le ton,...). C'est pratiquement un sans faute, avec des effets visuels qui nous emportent comme un rien et des références bien trouvées. Seule la fin m'a un peu déçu car elle était très prévisible, n'importe qui aurait deviné la source des maux du héros. Encore une fois, le réalisateur signe une magnifique œuvre qui complète à merveille son CV. 8/10



Notre souffrance c'est notre carburant.


Créée

le 21 mars 2021

Critique lue 402 fois

20 j'aime

LeTigre

Écrit par

Critique lue 402 fois

20

D'autres avis sur Bienvenue à Marwen

Bienvenue à Marwen
Sergent_Pepper
3

Les maux pour le dire

La fiction a toujours été un détour particulièrement efficace pour affronter le réel, ce n’est un secret pour personne : corriger les hommes en les divertissant est un programme établi depuis...

le 28 mars 2019

34 j'aime

4

Bienvenue à Marwen
Behind_the_Mask
8

De l'art de jouer à la poupée

La première séquence de Bienvenue à Marwen déconcerte : en ce qu'elle ressemble, par son atmosphère et son décor de Seconde Guerre Mondiale à un prolongement de son Alliés, mâtiné de réminiscences de...

le 8 janv. 2019

33 j'aime

8

Bienvenue à Marwen
SmallThingsfr
6

Zemeckis, Carell, histoire vraie, et pourtant

Alliés (un duo glamour, c'est tout), The Walk (gros flop), Flight (des nominations aux Oscars), trois films loin du standard qualitatif que Zemeckis avait produit 20 ans avant. Avec Marwen, on...

le 21 déc. 2018

22 j'aime

1

Du même critique

Baby Driver
LeTigre
8

La musique comme elle n’a jamais été utilisée au cinéma.

Réalisateur de la trilogie Cornetto et du film Scott Piligrim, Edgar Wright est en voie d’être l’un des réalisateurs les plus intéressants à suivre de notre génération. Il renouvelle le cinéma d'une...

le 12 juil. 2017

59 j'aime

9

Logan
LeTigre
8

L'adieu mortel du mutant le plus emblématique de la franchise X-Men. 

Suite à la grande satisfaction publique de la réalisation Wolverine : Le combat de l'immortel, le réalisateur James Mangold s'est engagé, sans la moindre hésitation, à mettre en œuvre un nouveau...

le 16 déc. 2020

55 j'aime

10

Mad Max - Fury Road
LeTigre
9

Une nouvelle injustice à régler pour notre justicier Australien !

Un quatrième opus de la saga Mad Max ? Après trente d’absence sur le grand écran ? Personne n'aurait cru ça et pourtant, Cette information a bien été confirmée par de nombreux sites sur Internet...

le 26 mars 2020

54 j'aime

13