⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

On reproche beaucoup à Woody Allen depuis 15 ou 20 ans (à la louche) de céder à la facilité en tournant ses films dans de jolis endroits, avec de beaux acteurs, etc. Finalement, de ne pas être un indépendant radical, à contre courant de sa culture et de son époque, qui montre en pleine lumière la chair froide des cadavres comme une sorte de Caravage du cinéma américain... C'est oublier que son public n'est pas celui des prélats ; des aristocrates sadomasochistes à la rigueur, car il est loin d'être aussi superficiel qu'on voudrait le faire croire en le jugeant aux apparences.


Qu'est-ce donc en effet, que le cinéma de Woody Allen dans Match Point ou ce Blue Jasmine, sinon une exploration du cynisme, qui fait tourner ce monde à l'envers ?


Voici donc le rapport à la gent masculine de deux soeurs adoptées, dont l'une a suivi le chemin tracé pour elle (semble-t-il) en embrassant une vie "médiocre", se remettant avec l'homme qu'elle a plaqué (un peu forcée quand même, car elle l'aurait bien trompé en douce, pour le garder sous le coude au cas où) après s'être fait plaquer elle-même, pour ne pas être seule, tandis que l'autre a choisi de coucher pour "réussir", avec un homme qui a lui "réussi" pour coucher ; un échange de bons procédés en somme, du moins tant qu'il la trompe discrètement, pour sauver les apparences ; surtout s'il n'a pas vraiment "réussi"...


Certes ce n'est pas le film le plus intense de son auteur (Match Point l'est bien plus), ni le plus drôle, mais il reste à un niveau fort honorable, en vertu du principe selon lequel les grands artistes, s'il ne sont pas toujours géniaux, ont au moins le mérite de n'être jamais médiocres.


On pourra tout de même reprocher à ce Blue Jasmine d'utiliser le prétexte des crises hallucinatoires de son personnage principal pour se donner du rythme avec des flashbacks, le procédé étant un peu facile, pour le coup.

lonevulve
8
Écrit par

Créée

le 14 sept. 2020

Critique lue 102 fois

lonevulve

Écrit par

Critique lue 102 fois

D'autres avis sur Blue Jasmine

Blue Jasmine
Krokodebil
8

You will meet a tall dark withered woman.

Le Woody Allen "millésime 2013" est un curieux objet. Venant d'un cinéaste que beaucoup disaient perdu ou gâteux, dans des productions européennes façon carte postale ma foi inégales mais pour ma...

le 30 sept. 2013

65 j'aime

8

Blue Jasmine
Rawi
8

Critique de Blue Jasmine par Rawi

Alors j'entends déjà les remarques du genre : "Mais tu n'es pas objective !" Et ben oui, j'avoue ! Cate Blanchett mérite 8 points à elle toute seule. Sa performance sur le fil du rasoir, à la limite...

Par

le 29 sept. 2013

57 j'aime

16

Blue Jasmine
Sergent_Pepper
4

Réunion de famille

Woody Allen, j’y vais de toute façon chaque année ; une petite fidélité fétichiste, une façon de retrouver l’homme qu’on a aimé, en dépit d’un manque certain d’inspiration depuis quelques décennies à...

le 30 sept. 2013

47 j'aime

8

Du même critique

Le Come Back
lonevulve
6

Poop?

Il ne pouvait sans doute y avoir de meilleur genre que la comédie sentimentale pour un acteur si viscéralement britannique que Hugh Grant, c'est à dire trop sérieux pour les comédies pures, mais pas...

le 6 mai 2022

2 j'aime

Seraphim Falls
lonevulve
7

Anges déçus

Ce n'est pas un mauvais film que ce Seraphim Falls, mais il n'aurait rien perdu (de l'argent peut-être..?), quitte à avoir un fond aussi minimaliste (puisque celui-ci se résume à une histoire de...

le 15 mai 2022

2 j'aime