Après Rome et Paris Woody Allen repart outre-Atlantique et se pose à San Francisco pour une tragi-comédie étonnament cynique. En effet la légèreté de ses précédents films laisse place ici à une certaine misanthropie. Allen offre le rôle de Jasmine à l'immense Cate Blanchet qui, grâce à ce film, prend place de merveilleuse façon au panthéon des muses allenienne comme Mia Farrow, Scarlett Johansson ou Diane Keaton. Ce film est une surprise sur le fait que l'héroïne est finalement très antipathique, cette femme psychologiquement fragile, en détrsse émotionnelle et en dépression est avant tout une femme superficielle et matérialiste, pourrie gâtée qui se morfond simplement parce qu'elle perd son statut social ; un statut qu'elle a façonné jusqu'à s'armer de mythomanie et d'aveuglement... Woody Allen écrit un film magnifique car il arrive à nuancer cette femme Jasmine en offrant un autre rôle superbe, celui de Ginger, la demi-soeur, incarnée de sublime façon par Sally Hawkins ; cette dernière n'a rien à envier à Cate Blanchett... Woody Allen signe là un film désabusé sur la condition humaine, je dirais même sur la vénalité du sexe faible... Tragi-comique certe mais on est tout de même dans un film assez sombre, pessimiste et amère derrière un style toujours aussi maitrisé de la part du réalisateur.Après les déceptions à Rome et Paris, le réalisateur revient avec un film de haute qualité.
Selenie
8
Écrit par

Créée

le 28 sept. 2013

Critique lue 265 fois

3 j'aime

Selenie

Écrit par

Critique lue 265 fois

3

D'autres avis sur Blue Jasmine

Blue Jasmine
Krokodebil
8

You will meet a tall dark withered woman.

Le Woody Allen "millésime 2013" est un curieux objet. Venant d'un cinéaste que beaucoup disaient perdu ou gâteux, dans des productions européennes façon carte postale ma foi inégales mais pour ma...

le 30 sept. 2013

65 j'aime

8

Blue Jasmine
Rawi
8

Critique de Blue Jasmine par Rawi

Alors j'entends déjà les remarques du genre : "Mais tu n'es pas objective !" Et ben oui, j'avoue ! Cate Blanchett mérite 8 points à elle toute seule. Sa performance sur le fil du rasoir, à la limite...

Par

le 29 sept. 2013

57 j'aime

16

Blue Jasmine
Sergent_Pepper
4

Réunion de famille

Woody Allen, j’y vais de toute façon chaque année ; une petite fidélité fétichiste, une façon de retrouver l’homme qu’on a aimé, en dépit d’un manque certain d’inspiration depuis quelques décennies à...

le 30 sept. 2013

47 j'aime

8

Du même critique

En attendant Bojangles
Selenie
8

Critique de En attendant Bojangles par Selenie

Le film débute comme une fantaisie absurde et burlesque, une comédie romantique un peu folle sous couvert de totale liberté et de passion. Le début du film est une vraie bulle de champagne, une...

le 6 janv. 2022

28 j'aime

2

Paperboy
Selenie
7

Critique de Paperboy par Selenie

Adapté d'un roman de Pete Dexter lui-même tiré d'un fait divers de 1960, un casting de rêve et un réalisateur talentueux qui cherche à confirmer après le remarqué "Precious". Etant afro-américain le...

le 19 oct. 2012

27 j'aime

Barbaque
Selenie
8

Critique de Barbaque par Selenie

D'abord on remarque que Eboué tue des vegans mais tape tous les côtés, voir même il vise surtout les arnaqueurs de la mauvaise viande, du produit bas de gamme symbolisé par le "meilleur ami" qui se...

le 28 oct. 2021

25 j'aime