Attention cet avis comporte ce genre de divulgâcheurs:

Pas de bras, pas de chocolat !

Comment ça commence ?

Par un gueuleton volé. Maran est une jeune femme discrète qui a le vilain penchant de croquer ses proches. Je ne parle pas de dessin au fusain mais bien d'anthropophagie, mot poli pour ne pas dire cannibalisme. Evidemment ce régime alimentaire ne facilite pas sa vie sociale. Seule et abandonnée, elle se lance sur les routes du midwest américain en quête de ses origines. En chemin, elle croisera une galerie de personnages dont le craquant et non moins croquant Lee, une version particulièrement dégingandée de Timothy C. Ensemble, ils croqueront la vie à pleines dents. Surtout celle des autres.


Comment ça finit ?

Par un gueuleton assumé.


Et au milieu?

The bones and all est une proposition étonnante de cinéma: tant resucée sur le thème du vampire que roadmovie romantique sur fond d'amour marginal que resucée sur le thème du vampire. S'il y a bien quelques scènes éprouvantes, le film ne cherche pas le gore ni l'épouvante. Le cannibalisme n'est qu'un prétexte plus dérangeant et plus spectaculaire qu'une simple toxicomanie. Il se prête merveilleusement bien au thème du prix de la liberté.

Enfin, le film, intense mais pas pressé, il prend le temps de construire ses situations et ses personnages. Ce tempo lent et maitrisé permet l'expression d'une large palette d'émotions, de l'immense tendresse qui fait battre le cœur des personnages à la plus vive des tensions à vous glacer le sang.

Dandure
8
Écrit par

Le 2 décembre 2022

1 j'aime

Bones and All
Procol-Harum
5

En manque de chair

Indéniablement, Luca Guadagnino a de la suite dans les idées. Après avoir mis en scène la douceur dans Call Me By Your Name, puis l’horreur dans son remake de Suspiria, il nous revient cette fois-ci...

il y a 6 mois

19 j'aime

Bones and All
starlord09
5

La difficulté d'exister

Si l'on devait se projeter à une époque où littérature et Septième Art n'avaient pas encore brassé le thème de l'errance et illustré le mouvement gothique, nul doute que l'essai de Luca Guadagnino...

17 j'aime

21

Bones and All
Noel_Astoc
4

Faux d'artifice

Luca Guadagnino signe un film arty et même artificiel, ni nul ni scandaleux mais assez vide. Formellement accompli et de bonne facture, le film sidère par sa superficialité tant Guadagnino ne tire...

il y a 6 mois

10 j'aime

Antebellum
Dandure
3

Un titre en latin ne rend pas un film intelligent

Attention, ce spoiler comporte ce genre d'avis: s'il y a un sujet qui n'est pas abordé par Antebellum, c'est bien le racisme. Et j'ai rarement vu des "scares" faire aussi peu "jump". Ici, je raconte...

il y a 2 ans

19 j'aime

7