👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En préambule, je voudrais pousser un coup de gueule !
Depuis le temps que j'attends ce film, je n'étais plus à une quinzaine près mais ayant l'opportunité de le voir en avant première, je me rends dans mon cinéma pour satisfaire une curiosité éveillée il y a déjà plusieurs années. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque la caissière m'annonce une majoration de 50 centimes sur le prix de la place habituelle sous prétexte que le film dure plus de 2h30.
J'ai cru rêver. Je m'imaginais que le fait que ce soit une avant-première jouait un rôle et qu'il profitait des quelques heures d'avance pour se remplir les poches mais non. C'est encore le prix affiché.

Venons en au film lui même maintenant !
Des passages habités par la grâce, une peinture de la société américaine bien ancrée dans son époque, des acteurs à la hauteur de la tâche que Richard Linklater leur a confiée mais... parce-qu'il y a un mais !
Regarder les acteurs évoluer physiquement, prendre du poids, des rides est une expérience assez troublante. Ces repères, les coupes de cheveux et autres petits détails sont les seules marques temporelles que s'impose le réalisateur. Cela relève presque du documentaire ou du concept artistique à la Okalpa. Reste que vue l'ampleur du projet, je m'attendais à être bouleversée. Alors, ne crachons pas dans la soupe, il y a des fulgurances, les rapports familiaux sont disséqués de manière intéressante et en tant qu'enfant du divorce, je me suis reconnue dans de nombreuses réflexions mais si je n'ai pas senti le temps passer, je suis restée quelque peu sur ma faim.
Le personnage de Patricia Arquette est à fleur de peau dans sa dernière scène. Elle perd ses enfants et a raté sa vie amoureuse d'un bout à l'autre. Que lui reste-t-il ? Un appartement vide et un job qui l'intéresse mais est-ce suffisant ?
La figure du père pour le jeune Mason et sa soeur se résume à une photo et à un week-end sur deux. Il est notable de constater que la première année au cours de laquelle nous suivons Mason et sa mère, le père n'est pas là. C'est un choix de Linklater que de ne pas faire tourner l'acteur durant la première année pour bien notifier l'absence et le fossé existant entre le père et ses deux enfants.
D'ailleurs certaines scènes entre Ethan Hawke et ses enfants sont vibrantes de sincérité. On sent le père privé de ses enfants derrière le personnage qu'il interprète. Les discussions qu'il cherche à avoir avec eux pour pallier le manque de quotidien, ses maladresses...
Malgré des fulgurances évoquées, je me suis sentie quelque peu frustrée par un je ne sais quoi, un manque indicible impossible à définir.
Sans doute que Linklater appuie trop sur l'obsession religieuse, le port d'armes même si... Bref, le musicien rebelle s'est intégré dans une vie rangée d'une famille texane typique.
Voir Ethan refaire de la musique, composer, jouer et chanter est toujours un plaisir et la chanson écrite pour dire à ses enfants sa douleur de ne pas être là est un des grands moments du film.

Je ne dirai pas en toute sincérité que Boyhood est le chef d'oeuvre annoncé ni même celui que j'attendais mais un film courageux, ambitieux et qui vaut la peine malgré certaines réserves.
Rawi
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les films que j'attends le plus, Richard Linklater, les films d'ados, Top critiques (films) et En famille

il y a 8 ans

88 j'aime

39 commentaires

Boyhood
Sergent_Pepper
7
Boyhood

Un rêve : l’histoire du temps.

Boyhood fait partie de ces films à concept qui prennent un risque majeur : se faire écraser par lui en s’effaçant derrière cette seule originalité. Suivre pendant 12 ans les mêmes comédiens pour les...

Lire la critique

il y a 7 ans

90 j'aime

9

Boyhood
Rawi
7
Boyhood

12 years a child

En préambule, je voudrais pousser un coup de gueule ! Depuis le temps que j'attends ce film, je n'étais plus à une quinzaine près mais ayant l'opportunité de le voir en avant première, je me rends...

Lire la critique

il y a 8 ans

88 j'aime

39

Boyhood
guyness
7
Boyhood

Une vie de mots, passants

Quand on lance un film expérimental de 2h46 avec une pointe d’appréhension, l’entendre s’ouvrir sur du Coldplay fait soudain redouter le pire. Faut dire que j’arrivais sur un territoire d’autant plus...

Lire la critique

il y a 7 ans

81 j'aime

17

Mon roi
Rawi
8
Mon roi

Amoureuse

Difficile de donner un avis objectif sur ce film tant le ressenti éprouvé face à ce couple dépend de soi et de son vécu, de sa capacité à comprendre le personnage de Tony ou pas. Au cours d'une...

Lire la critique

il y a 6 ans

176 j'aime

10

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Lire la critique

il y a 8 ans

126 j'aime

33

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

9