👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand on lance un film expérimental de 2h46 avec une pointe d’appréhension, l’entendre s’ouvrir sur du Coldplay fait soudain redouter le pire. Faut dire que j’arrivais sur un territoire d’autant plus vierge que je n’avais jamais vu un film de monsieur Linklater.

Tronches de vie

Très rapidement, un constat s’impose: le principe même du film fonctionne parfaitement, le résultat est rapidement assez fascinant. Il faut quand bien même se rendre compte qu’on est en face du meilleur maquillage de l’histoire du cinéma, dans la catégorie vieillissement des personnages ! (ce qui entraine immédiatement une réflexion: et si la meilleure boite d’effets spéciaux au monde s’appelait «Real Life, Inc.» ?)
L’idée technique se montre donc efficace, qu’en est-il de l’aspect artistique ?

L’avis est un long fleuve tranquille

L’essentiel des reproches faits au film semblent tourner autour de sa supposée vacuité. De son manque de moments saillants, de son incapacité à ouvrir notre tiroir à émotion. Il me semble que ce serait aller à l’encontre même de l’esprit du projet. Quelque soit notre position sur les interactions entre la vie et l’art, la place de l’une dans l’autre, ou la capacité de l’art à imiter la vie, le film, au fond, ne tourne qu’autour du récit d’une enfance. Celle de ce Mason qui orne l’affiche et occupe le premier plan du film.
Le propos est de cerner le développement du gamin à travers le temps qui passe, et qu’importe si au bout du compte son parcours est relativement banal ou si le chiard se révèle un peu fade et sans saveur quand vient la puberté. Car c’est précisément ça, la vie, un truc un peu aléatoire et pas toujours à la hauteur des espoirs qu’on place en elle, et ce n’est rien d’autre que le sujet du film.

L’enfance de l’art

Là où tant de ses contemporains échouent en empruntant le langage qu’ils dénoncent (le vide par le vide, l’ennui par la torpeur… voulez-vous des noms ?), là où tant de tentatives explosent sous le poids de leur boursouflures un peu guindées, le film de Linklater touche par une forme de simplicité qui flirte avec les défauts sus-cités, mais dont un certain nombre de scènes touche le cœur de sa cible, clairement définie par l’exploit logistique nécessaire à sa réalisation.

Bien entendu, l’aveu de la mère qui attendait plus de la vie, entre en parfaite résonance avec le fil d’un récit fragile et non exempt de petites fautes de parcours. Mais au final, un signe ne trompe pas. Certains emprunts à l’époque qui accompagne les différentes étapes du film (une élection, la sortie d’un livre) ne sont là que pour marquer le temps qui passe. Commencer par Coldplay et finir par Arcade Fire est un plus qu’un sens du résumé: c’est une preuve de goût.

Boyhood
Sergent_Pepper
7
Boyhood

Un rêve : l’histoire du temps.

Boyhood fait partie de ces films à concept qui prennent un risque majeur : se faire écraser par lui en s’effaçant derrière cette seule originalité. Suivre pendant 12 ans les mêmes comédiens pour les...

Lire la critique

il y a 7 ans

90 j'aime

9

Boyhood
Rawi
7
Boyhood

12 years a child

En préambule, je voudrais pousser un coup de gueule ! Depuis le temps que j'attends ce film, je n'étais plus à une quinzaine près mais ayant l'opportunité de le voir en avant première, je me rends...

Lire la critique

il y a 8 ans

88 j'aime

39

Boyhood
guyness
7
Boyhood

Une vie de mots, passants

Quand on lance un film expérimental de 2h46 avec une pointe d’appréhension, l’entendre s’ouvrir sur du Coldplay fait soudain redouter le pire. Faut dire que j’arrivais sur un territoire d’autant plus...

Lire la critique

il y a 7 ans

81 j'aime

17

Inside Llewyn Davis
guyness
8

La chambre des dépités

Il m’aura finalement fallu 24h pour mettre le doigt dessus. Le dernier film des frères Coen distille pendant 1h45 un sentiment diffus, insaisissable. Pendant toute la projection, cette curieuse...

Lire la critique

il y a 8 ans

339 j'aime

105

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

310 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141