Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Mieux que le film avec Boniche.


Le truc c'est qu'ici on voit la raison vasciller, on voit aussi naître cette obsession, on la découvre en même temps que le personnage et c'est fascinant. La première heure est vraiment bonne : on suit Claudel qui débute, qui se bat pour cotoyer le plus grand, travailler à ses côtés, apprendre, améliorer son art. Après quoi la romance début et si elle est importante pour comprendre l'évolution tragique du personnage, j'ai l'impressoin que les auteurs se reposent trop sur l'amour et délaissent l'aspect artistique, la production compliquée d'oeuvres faites dans l'ombre du maître. C'est un peu dommage. Il reste des scènes intéressantes mais à cela s'ajoutent aussi de vilaines ellipses qui font que d'une scène à l'autre l'héroïne a parfois beaucoup changé psychologiquement.


La mise en scène est vraiment bonne ; l'époque où les français n'essayaient pas d'imiter Hollywood : la reconstitution est très agréable et convaincante, les costumes sont bien choisis et bien salis ; la production artistique est bien montée aussi, bon avec l'aide du monteur, par exemple on ne verra jamais vraiment Depardieu sculpter. Mais on y croit. Les acteurs sont excellents, Adjani est moins convaincante en folle à la fin mais pour le reste c'est bon.


Bref, un biopic un peu trop long, où l'on ne s'attarde pas toujours sur les bonnes scènes mais qui reste globalement correct à suivre.

Fatpooper
6
Écrit par

Créée

le 26 oct. 2022

Critique lue 82 fois

3 j'aime

4 commentaires

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 82 fois

3
4

D'autres avis sur Camille Claudel

Camille Claudel
JanosValuska
5

La porte de l’enfer.

Bruno Nuytten était un directeur de la photographie réputé, officiant entre autre avec Duras, Téchiné, Miller, Godard, Blier, Resnais. Jusqu’en 1986 et le diptyque de Berri, Jean de Florette / Manon...

le 13 juin 2017

4 j'aime

Camille Claudel
Fatpooper
6

Entre ses mains

Mieux que le film avec Boniche.Le truc c'est qu'ici on voit la raison vasciller, on voit aussi naître cette obsession, on la découvre en même temps que le personnage et c'est fascinant. La première...

le 26 oct. 2022

3 j'aime

4

Camille Claudel
Caine78
7

Critique de Camille Claudel par Caine78

Étrange film qu'est « Camille Claudel », pas vraiment réussi, mais vraiment pas raté non plus. Pour sa première réalisation, Bruno Nuytten, brillant directeur de la photographie, n'évite pas quelques...

le 13 avr. 2018

3 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55