"Au ciné de mon quartier, on peut voir depuis avant-hier, une histoire en blanc et noir, le film était de Jacques Becker". Encore un film (le film ?) qui prouve qu'avant d'être l'un des plus grands interprètes de la chanson française, Serge Reggiani a été un immense acteur. Casque d'or doit beaucoup à sa présence, qui donne au film une profondeur et un charme très particuliers. Manda, c'est un peu l'homme « avec la tête d'épagneul qui n'a pas appris à nager » que chantera Reggiani quelques années plus tard. Cet air mélancolique, ce regard soutenu, qui sont propres à Reggiani donnent une aura et un charisme énormes au personnage de Manda. L'intrigue, elle, est simple, mais elle est mise en scène avec une telle beauté. Inspiré d'une histoire vraie, le film aurait pu mettre l'accent sur le fait que Casque d'or était une fille de joie "aux amours tumultueuses" comme le dit le résumé allociné... Mais Becker a offert à Signoret un rôle réellement visionnaire sur la condition de la femme. Il lui a offert un véritable rôle féminin, un rôle digne, le rôle d'une femme qui n'existe que par elle-même. Ce film est doux, il est drôle, il est émouvant... Il se laisse regarder comme on écoute une belle balade, pour se terminer sur une scène à la nostalgie assez incroyable. Le duo de tête formé par Reggiani et Signoret est ultra crédible. Leurs jeux de regard sont d'une grande intensité, et les magnifiques gros plans embués de Becker arrivent toujours au bon moment pour les souligner. On se croit alors dans une sorte de rêve éveillé, l'amour donnant aux deux personnages un air d'enfant, une pureté qui contraste avec tout ce qui les entoure. Cette caméra n'est pas bonne que lors des gros plans, elle est irréprochable tout du long, et vient renforcer la drôlerie du film, son émotion ou sa poésie, selon les scènes. Casque d'or est en définitive un très beau film sur l'amour, sur l'amitié et sur la loyauté, superbement interprété par deux pointures du cinéma francophone. "Au ciné de mon quartier, on peut voir depuis avant-hier, comment meurt en blanc et noir, un homme qu'a jamais vu la mer..."
Anna_M
8
Écrit par

Créée

le 13 nov. 2014

Critique lue 441 fois

3 j'aime

Anna_M

Écrit par

Critique lue 441 fois

3

D'autres avis sur Casque d'or

Casque d'or
Sergent_Pepper
8

Les cloisons du fiel

Rien n’annonce, dans l’exposition de Casque d’or, la tragédie en sommeil. Echappée dans les guinguettes de la Belle Epoque, le film s’ouvre sur la Marne et ses plaisirs tous droits sortis des...

le 12 mars 2014

47 j'aime

16

Casque d'or
Philistine
6

Il suffirait de... presque rien

Un film profondément ambigu, pétri d'héroïsme mal placé. Bon, en gros, c'est l'histoire de quoi ? une prostituée qui flashe un après-midi, vers 15h, sur un mec avec une moustache. Passons sur le...

le 24 oct. 2011

25 j'aime

25

Casque d'or
-Marc-
8

La loi du milieu (sans loi)

A la belle époque, une histoire d'amour chez les apaches: superbe cadre pour un drame romantique. Pendant que les riches viennent s'encanailler dans les milieux interlopes, les ouvriers travaillent...

le 13 janv. 2014

15 j'aime

1

Du même critique

Les Quatre Cents Coups
Anna_M
4

Critique de Les Quatre Cents Coups par Anna_M

Film sympa d'un point de vue historique : il nous plonge dans l'éducation (scolaire et familiale) des années 60 et le rapport enfants-parents encore très impersonnel à l'époque. De plus les jeunes...

le 12 nov. 2014

17 j'aime

2

La Femme d'à côté
Anna_M
5

Critique de La Femme d'à côté par Anna_M

Ah, Truffaut et ses histoires d'amour impossible ! Si Jules et Jim m'avait complètement transportée, La femme d'à côté ne m'a pas vraiment touchée. Je ne sais pas, quelque chose manque. Je trouve...

le 13 nov. 2014

16 j'aime

Summer of Sam
Anna_M
10

Critique de Summer of Sam par Anna_M

Depuis le temps que j'avais envie de voir un film jouissif ! Je ne pouvais pas être mieux servie. Summer of Sam est mon préféré des 3 films de Spike Lee que j'ai vus pour l'instant (et la barre était...

le 13 nov. 2014

8 j'aime

1