Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Civil War
7.1
Civil War

Film de Alex Garland (2024)

Alors que la carrière de réalisateur d’Alex Garland déclinait irrémédiablement, de l’assez fascinant Ex Machina aux démonstrations poussives de Men, le nouveau virage opéré par Civil War a tout d’une bonne correction de trajectoire. Si le bonhomme s’est toujours intéressé aux limites de l’individu, jusqu’alors sur le terrain de la SF (sur l’IA, les formes mutantes) et des élans monstrueux de la toxicité masculine, son nouvel essai concrétise assez effroyablement le propos, dans une Amérique déchirée par une guerre civile et un contexte de tension qui ne semble malheureusement plus appartenir à l’anticipation inquiète.

Traumatisée par l’assaut du Capitole, l’Amérique n’a pas grand-chose à imaginer pour basculer dans la fiction du chaos : c’est ce que propose Civil War, présenté évidemment, et assez malhonnêtement, comme un blockbuster bourrin dans sa bande-annonce, ce qu’il est dans une certaine mesure, mais auquel il ne se limite heureusement pas.

Le grand mérite de son traitement consiste à délivrer par fragments incomplets un tableau de la situation politique du pays, déjà tellement embourbé dans sa guerre civile qu’on ne semble plus pouvoir délivrer de propos unique et stable sur les tenants et les aboutissants. La confusion du spectateur qui glane çà et là quelques bribes d’informations instaure un climat poisseux qui prend déjà ses distances avec la narration classique, et qui ne quittera jamais vraiment cette odyssée dans un pays dévasté, à la recherche de l’ultime déclaration d’un président sur le point de tomber. Son fascisme autocratique sera certes évoqué, mais il ne s’agira pas, en contrepoint, de présenter l’alliance entre le Texas et la Californie, frères ennemis idéologiques, comme les sauveurs d’un pays qui pourrait par eux retrouver sa grandeur.

Le fait de suivre des journalistes et photographes de guerre ajoute à l’ambiguïté du traitement, leur motivation les présentant surtout comme des charognards se précipitant sur la grande carcasse du pays et le futur cadavre à sa tête. La mise en scène épousera ainsi ce traitement brut et cette immersion sur le terrain, à hauteur d’homme, dans une violence croissante sur laquelle Alex Garland se révèle plutôt à l’aise.

On n’évitera évidemment pas certains attendus venus rassurer les producteurs et leur cahier des charges, sur la bande représentative de toutes les classes d’âge, le récit initiatique à double sens (la photographe chevronnée face à la jeune aux dents longues, qui lui offrira en retour des retrouvailles avec sa féminité) et les discours un peu galvaudés sur la mission du reporter, censé figer l’horreur humaine non par voyeurisme, mais pour qu’elle révolte et n’advienne plus. Garland n’évite pas certains tics comme les freeze frames immortalisant les clichés des personnages, les séquences un peu gratuites de mise en danger de certains protagonistes, la lourdeur symbolique du final et une compilation de musiques tonitruantes qui ne sont pas toujours du meilleur goût.

Mais l’essentiel n’est pas là : Civil War parvient, malgré ces scories, à ne jamais débarrasser le spectateur du désespoir abattu sur un pays qui s’est toujours considéré comme à la tête du monde libre. La légende forgée par les personnages et l’accomplissement de la quête n’y feront rien. C’est dans les rencontres qui ponctuent le parcours que se joue l’essentiel, par un habile jeu de contraste, dans une Amérique soi-disant préservée qui joue encore le jeu d’une vie normale, un duel de snipers qui renverrait presque à du Becket et le cœur du film, cette rencontre avec un Jesse Plemons au sommet de son art, dans une barbarie calme et sûre d’elle, qui restitue avec un effroi lucide l’air du temps. What kind of american are you ? demande cet homme qui, sans qu’on sache ce qu’il attend, vous fait comprendre que la réponse décidera de votre sort : cette absurdité dénuée de tout repère idéologique concret, cette perte du sens et de l’unité est le miroir effaré offert à un pays – et, en réalité, toute la civilisation humaine sur le point de basculer dans le charnier qui jouxte l’individu à qui on se doit de répondre.

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Politique, Les meilleurs films sur la photographie, Les meilleurs films sur la politique américaine, Vu en 2024 et Vu en salle 2024

Créée

le 17 avr. 2024

Critique lue 3.6K fois

108 j'aime

8 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 3.6K fois

108
8

D'autres avis sur Civil War

Civil War
Yoshii
8

« Nous avons rencontré notre ennemi et c'est nous encore » *

Jamais peut-être depuis 1938 (et le canular fabuleux d'Orson Welles, qui le temps d'une représentation radiophonique de "La guerre des mondes" sema la panique aux Etats-Unis), une illustration...

le 15 avr. 2024

85 j'aime

16

Civil War
Plume231
4

Apocalypse Flop!

Ouais, même en poussant au maximum le curseur de sa suspension d'incrédulité, c'est franchement difficile de trouver une once de vraisemblance quant au fait que si la présence du président des...

le 18 avr. 2024

74 j'aime

11

Civil War
dagrey
8

Road trip dans une Amérique dévastée par la guerre civile....

Quatre reporters traversent une Amérique plongée dans la guerre civile qui, dans un futur proche, est plus que jamais au bord du gouffre.Civil war est une fiction dystopique d'Alex Garland sortie sur...

le 18 avr. 2024

31 j'aime

35

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53