Mais je ne vous en parlerais pas tout de suite, il me faut d'abord vous présenter le film, m'énerver un peu contre les défauts pour faire comprendre que j'ai un sens critique et au final dire que j'aime le film sans condition malgré ces défauts. Ensuite promis je vous parlerais de mon rêve. De mes rêves même... mais "J'ai des rêves" sonne moins bien en titre de chronique.

Que raconte l'histoire ? Pour expliquer rapidement je vais citer Pierres Desproges. Desproges qui a lui même cité Léopold Sédar Senghor.
« Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. »
J'ai l'impression que c'est une expression qu'on peux utiliser également pour les homophobes (et généralement pour la "haine" de ce qui est différent).
C'est un film qui parle d'un homme qui se trompe de colère. Mais, c'est le héros après tout, un jour il va rediriger sa colère vers l'institution pharmaceutique et sa colère (presque de la vengeance quand on y réfléchit) va le pousser à créer un système alternatif et ça peu importe le prix à payer.

C'est donc un film qui part de bons sentiments mais qui peux paraître piégé par ça. Le film laisse l'impression d'un manichéisme dérangeant avec le gentil homophobe et les méchants médecins. Mais ce n'est pas le cas, le personnage principal est un con qui restera un con pendant tout le film. Les médecins seront également des cons mais dont les bienfaits qu'ils ont apportés ne sont pas nécessairement négatifs. Au final le scénario du film et le non manichéisme pousse le film vers des hauteurs et vers les plus grands films.
Surtout que ce n'est pas fait de manière putassière, le scénario est juste posé, naturel et très humain.

Pourquoi 8/10 si ce film est aussi génial que je semble l'annoncer ? Car il a deux gros défauts qui plombent une partie du film.
La première raison hausse les sourcils pendant deux heures en ayant jamais l'air à sa place. La première raison s'appelle Jennifer Gardner.

La deuxième (et donc dernière) raison est une réalisation assez plate et impersonnelle. Mis à part certains plans assez rares (ce plan sur le regard de McGonaughey au départ) la caméra pourrait être dirigée par n'importe qui. Ce n'est pas le défaut le plus gênant mais ça empêche de se créer une identité visuelle forte et c'est peut être un des défauts que je retrouve le plus dans le cinéma actuel.

Mais à côté de ça les qualités sont nombreuses. McGonaughey est certainement un des meilleurs acteurs que je connaisse, il a ce double talent d'en faire beaucoup en restant naturel et c'est donné à trop peu d'acteurs.
Le scénario, même si il regarde majoritairement du côté des détracteurs, est très intelligent. L'histoire de la colère redirigée, de ce héros salaud qui arrive à changer les choses.
Oh et Jared Leto m'a très agréablement surpris dans ce film.

Voilà, ma critique est finie. Mais je vous ai promis de parler de mes rêves.

Deux choses m'ont obsédés durant tout le film.
D'abord j'ai essayé d'imaginer McConeughey travesti durant tout le film, ce qui demande un gros effort d'imagination. Et voilà où mon imagination m'a guidé.
http://everybestof.com/images/Frank-Zappa-006.jpg

Ce qui m'a amené à mon premier rêve. Le deuxième rêve a moins besoin d'explications, voici donc les deux rêves.

1) Quand est ce que Matthew McGonaughey décide de jouer dans un biopic sur Frank Zappa ? Il serait parfait.
2) Quand est ce que Jennifer Gardner décide d'arrêter de jouer des rôles ? Ce serait parfait.

Créée

le 29 juil. 2014

Critique lue 613 fois

18 j'aime

Diionysos

Écrit par

Critique lue 613 fois

18

D'autres avis sur Dallas Buyers Club

Dallas Buyers Club
guyness
7

Dallas, ton buyers univers club impitoyâââ âable

Inutile de revenir sur des choses évidentes, comme le parcours atypiquement prodigieux de Matthew McConaughey et le fait que le bonhomme soit devenu suffisamment intriguant pour que désormais on...

le 3 févr. 2014

109 j'aime

16

Dallas Buyers Club
Gothic
9

Bulls on Parade

[PAS DE GACHAGE/SPOILER FREE] Signé Jean-Marc Vallée et ne versant jamais dans le pathos, "Dallas Buyers Club" nous raconte l'histoire du texan Ron Woodroof, redneck grande gueule (pléonasme ?)...

le 1 févr. 2014

104 j'aime

33

Dallas Buyers Club
Sergent_Pepper
5

"C’était vraiment très intéressant."

Depuis que je fréquente des cinéphiles et que je me penche sérieusement sur la question, je prends progressivement la mesure de ce qui fait la spécificité d’une œuvre cinématographique. C’est un...

le 20 févr. 2014

103 j'aime

19

Du même critique

Under the Skin
Diionysos
9

Critique de Under the Skin par Diionysos

Under the Skin... Je viens de le voir une troisième fois (et il repasse en fond musical une 4ème fois le temps que j'écrive ma critique) et je suis toujours envoûté par ce film. Mais ce n'est pas un...

le 11 juil. 2014

28 j'aime

10

Dallas Buyers Club
Diionysos
8

J'ai un rêve

Mais je ne vous en parlerais pas tout de suite, il me faut d'abord vous présenter le film, m'énerver un peu contre les défauts pour faire comprendre que j'ai un sens critique et au final dire que...

le 29 juil. 2014

18 j'aime

Le K
Diionysos
8

Souvenirs d'un K

Critique garantie sans aucun spoilers Le K c'est un livre qui me rappelle des souvenirs. C'est un livre dont la critique ne pourra pas se séparer de moments nostalgiques chiants pour le lecteur mais...

le 4 avr. 2015

17 j'aime