Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Paul Anderen est écrivain. Il semble souffrir pas mal pour pondre des livres sombres qui ne se vendent pas comme des petits pains. Sa femme Sarah est médecin.


Un matin une engueulade éclate sur le fond de "qui déposera les gosses à l'école". Et de dégénérer sur le thème de "je me crève le cul pour vous rendre heureux et voila comment on me remercie". Du banal. Qui arrive dans tous les couples un jour ou l'autre lorsque la fatigue se met de la partie.


Seulement voila, le soir Sarah ne rentre pas. Paul s'inquiète puis soupçonne une aventure. Une fugue, une fuite ? Elle va revenir, il en est sûr. Il faut lui laisser le temps. En attendant, il en bave. Son bouquin qui n'avance pas. Les mômes. L'incertitude. L'inquiétude qui le ronge chaque jour davantage.


Au bout d'un an, Sarah n'a pas donné de nouvelle. Paul et ses enfants déménagent et rejoignent Alex, le grand frère de Paul. Ils s'installent dans la maison du père, mort des années plus tôt. Et tentent de se reconstruire. Mais Paul est brisé. Déjà que son métier d'écrivain le tenait hors du temps, plus souvent dans son monde chimérique que dans le réel du quotidien ! La disparition de Sarah n'a fait qu'aggraver le problème. Paul perd pied, fait connerie sur connerie. Pas volontairement, pas consciemment, mais parce que ses repères sont faussés. Qu'il n'est pas attentif. Qu'il ne parvient plus à prévoir les conséquences de ses actes.


Benoit Magimel est un Paul magnifique. L'acteur est parfait dans les baskets d'un homme perdu, condamné à naviguer entre deux eaux et qui ne parvient plus à remonter à la surface. Tout ce qu'il entreprend foire. Il se prend dans le tapis à chaque pas. Il ne cesse de se retourner sur son passé, à guetter Sarah qui doit être restée en arrière, quelque part à lui faire un signe qu'il ne voit pas. Pas de futur : Paul vit au jour le jour en tentant de faire bonne figure devant ses enfants qui ne sont pas dupes malgré leur jeune âge.


Antoine Duléry est également excellent comme toujours. Le grand frère donneur de leçon presque qu'aussi perdu que son cadet. Et les jolis bords de mer de Saint-Malo. Un film noir, aux personnages hachés par une vie qui n'a rien de tendre. Une ambiance austère, un ciel couvert, une mer grise et pleine d'écume. Un film dans lequel je retrouve parfaitement l'âme d'Olivier Adam.

BibliOrnitho
7
Écrit par

Créée

le 23 juin 2015

Critique lue 2.2K fois

4 j'aime

BibliOrnitho

Écrit par

Critique lue 2.2K fois

4

D'autres avis sur Des vents contraires

Des vents contraires
Critique-film
8

Critique de Des vents contraires par Critique-film

Des vents contraires est le film tiré d'un roman écrit en 2009 d'Olivier Adam (qui a également participé à l'écriture du scénario). Et ce n'est pas le premier de ses livres porté sur grand écran...

le 22 déc. 2011

7 j'aime

Des vents contraires
BibliOrnitho
7

Critique de Des vents contraires par BibliOrnitho

Paul Anderen est écrivain. Il semble souffrir pas mal pour pondre des livres sombres qui ne se vendent pas comme des petits pains. Sa femme Sarah est médecin. Un matin une engueulade éclate sur le...

le 23 juin 2015

4 j'aime

Des vents contraires
williamblake
5

Le vent a plutôt mal tourné

C'est en voyant la bande-annonce que j'ai commencé à avoir des doutes concernant la qualité du film. N'avoir rien à montrer au point d'en entrecouper des extraits avec des avis de spectateurs,...

le 17 déc. 2011

4 j'aime

1

Du même critique

Le Voyage de Chihiro
BibliOrnitho
10

Critique de Le Voyage de Chihiro par BibliOrnitho

Une enfant est affalée sur la banquette arrière d'une voiture, des bagages en tout sens : la famille de Chihiro déménage et arrive dans son nouveau quartier. Mais papa tourne un tout petit peu trop...

le 28 janv. 2014

48 j'aime

3

Le Petit Prince
BibliOrnitho
10

Critique de Le Petit Prince par BibliOrnitho

A cause de la vanité d’une fleur maladroite qui ne sut déclarer son amour et parce qu’il a découvert que l’amour pouvait avoir des épines, le Petit-Prince quitta sa minuscule planète (pas plus grande...

le 5 nov. 2013

48 j'aime

2

Kafka sur le rivage
BibliOrnitho
10

Critique de Kafka sur le rivage par BibliOrnitho

Un chef-d'œuvre qu'il me paraît impossible à résumer. Un récit dense, surréaliste où deux mondes s'entremêlent étroitement. Le jeune Kafka Tamura (le nom est authentique, mais il s'agit d'un prénom...

le 19 juin 2012

42 j'aime

8