L'idée d'entamer un survival par un braquage sur fond de drame social pour continuer en home invasion movie et arriver au genre nommé en ce début de phrase toute la réussite du film est là. Qui plus est arrivé à provoquer une compassion aussi forte pour ses trois personnages principaux je dis "Bravo".
Don't breathe est une série B pure, classique, cohérente de bout en bout. Un scénario simple mais pas simpliste, fourmis d'idées, des personnages attachants, une maîtrise du son et de la musique provoquant de très bon moment d'angoisse et un Stephen Lang impérial en bad guy attachant au tout début et répugnant par la suite, (je ne ferais pas de spoiler).
Tous le film est soutenu par une mise en scène magistral à plusieurs niveaux.
En premier lieu Fede Alvarez filme la ville de Détroit comme un lieu fantomatique, mortifère et ce dès le premier plan aérien magnifique se rapprochant de la rue. Cette atmosphère se ressent aussi sur les trois antihéros du film par leur quotidien montré en quelques plans ou le réalisateur nous fait comprendre tous les enjeux et la dramaturgie de ces personnages.
Par la suite le quartier ou se situe la maison des ténèbres du titre est cauchemardesque et montré vide tel une zone désaffectée.
L'action se déroulant en majeure partie dans cette maison, Alvarez redouble d'originalité et de trouvailles dans sa mise en scène pour nous maintenir en tension jusqu'au bout. Par un plan-séquence de fou rappelant ceux magistraux de David Fincher sur Panic Room. Une scène en caméra nocturne frissonnante à souhait, (c'est très rare de voir cela et aussi bien filmé) et des plans frissonnants, (je me réitère désolé), chocs, sur les objets utilisés par les personnages ou sur leurs actions en elle même. Des plans placés au moment précis pour provoquer le frisson et auxquels s'ajoute une maîtrise du son et du montage pour que l'effet prenne au maximum.
Et c'est par cette même mise en scène magistrale et aux éléments amenés tout au long du film que le twist final est cohérent et n’apparaît pas comme un cheveu sur la soupe.
A la fois très classique et moderne, empreint de références et novateur, frissonnant et attachant, Don't Breathe est une série B magistrale en tout point.

gc-thornhild-85
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2016

Créée

le 10 oct. 2016

Critique lue 221 fois

1 j'aime

gc-thornhild-85

Écrit par

Critique lue 221 fois

1

D'autres avis sur Don't Breathe : La Maison des ténèbres

Don't Breathe : La Maison des ténèbres
SanFelice
7

Le Cyclope aveuglé et les enfants d'Icare

Dans les premières minutes du film, on semble être en terrain conquis. Rien de nouveau sous le soleil. Séquence d'intro pour présenter les personnages principaux. Trois ados qui cambriolent une...

le 26 avr. 2017

41 j'aime

4

Don't Breathe : La Maison des ténèbres
Theloma
7

A bon entendeur, ça tue !

Il arrive souvent que les films d'horreur mettent en scène la confrontation entre un affreux (psychopathe, monstre, tueur en série...) et ses victimes au cœur d'un huis-clos (maison hantée, vaisseau...

le 4 nov. 2016

33 j'aime

3

Don't Breathe : La Maison des ténèbres
easy2fly
3

La dernière maison pas vraiment sur la gauche

Selon l'affiche, Don't Breathe est "Le meilleur film d'horreur américain des 20 dernières années", la personne affirmant cela n'a surement jamais vu de film de ce genre, dont celui-ci. Car ce n'est...

le 6 oct. 2016

29 j'aime

10

Du même critique

T2 Trainspotting
gc-thornhild-85
7

Choisir...

Choisir le retour à l'origine. Choisir les retrouvailles 20 ans après. Choisir de rester cohérent dans le parcours des personnages. Choisir de respecter le ton tragi-comique du premier opus entre...

le 1 mars 2017

12 j'aime

5

Death Wish
gc-thornhild-85
5

Satire ou Navet?

Telle est la question... Et à vrai dire au final je penche pour le navet. Car bien que la satire soit prégnante c'est on va dire 10 voir 20 minutes à tout cassé sur tout le film. Elle n'est que...

le 12 mai 2018

10 j'aime

1

Strangers : Prey at Night
gc-thornhild-85
8

A l'ancienne, en toute simplicité! Un pur kiff, de l'art tout simplement...

Mais quel malaise et plaisir à la fois! Je n'avais pas ressentie cela depuis bien longtemps face à une série B de cet acabit. Un slasher pur et dur, une série B de haute qualité dans sa confection...

le 21 avr. 2018

6 j'aime

6