Malgré un postulat malin et bien-vu, cette farce s’avère être finalement assommante et répétitive. Un casting prestigieux et beaucoup d’agitation pour pas grand-chose.


Cela fait une vingtaine d’années que le réalisateur Adam McKay se moque de l’American way of life. Tout d’abord avec ses comédies hilarantes, fantasques et impertinentes (Anchorman, Talladega Nights ou encore Step Brothers). Puis dès 2015, il adopte un ton plus sérieux mais toujours aussi critique avec un film sur la crise des subprimes (The Big Short) et la biographie du vice-président Dick Cheney (Vice) qui lui ont permis d’acquérir une certaine crédibilité (lisez des Oscars) auprès des pontes d’Hollywood. Fort de ces succès publiques et artistiques, il réunit donc dans Don’t Look Up une des distributions les plus prestigieuses de ces dernières années. Leonardo Di Caprio, Jennifer Lawrence, Meryl Streep, Cate Blanchett, Timothée Chalamet ou encore la chanteuse Ariana Grande se donnent rendez-vous pour ce qui s’annonçait être une métaphore de la réaction de nos sociétés faces aux futurs changements globaux : deux scientifiques découvrent qu’une comète géante va s’écraser sur la Terre d’ici les six prochains mois et pourtant personne ne semble vraiment concerné par ce qui s’annonce être la fin du monde.


Avec ce postulat bien-vu, Adam McKay et toute sa clique dégomment à peu près tous les maux qui gangrènent notre monde : le relativisme qui découle de l’infotainment, les fake news qui anéantissent la réalité scientifique, l’opportunisme des politiciens vulgaires et populistes, l’aliénation aux réseaux sociaux, les milliardaires transhumanistes mégalomanes obsédés par la conquête de l’espace, la surmédication de la population, les fractures qui empêchent le moindre dialogues audibles dans la société… Tout y passe. Le problème, c’est que trop souvent cette satire se moque de son époque avec la délicatesse d’un John Rambo muni de deux kalachnikovs. Ce qui est dramatique, c’est que la réalité exposée dans nos médias ne s’avère pas beaucoup moins ridicule que les excès présentés dans Don’t Look Up. Du coup, cette caricature de dérives évidentes n’est pas très drôle et carrément assommante. Malgré une vraie démarche dans la manière de filmer ses personnages, au plus près avec leurs visages en gros plans, pour rappeler que derrière la farce se joue bel et bien une tragédie, on ne s’attache jamais à cette ribambelle de rôles soit trop excessifs, soit pas assez développés.


Il n’y a que dans la dernière partie du film, quand ce dernier cesse de n’être que dans la moquerie cynique et qu’il déroule enfin un propos, qu’on entrevoit le grand pamphlet que Don’t Look Up aurait pu être. On ne peut donc que regretter que les auteurs n’aient pas mis plus l’accent sur leurs propositions plutôt que leurs dénonciations.

el_blasio
5
Écrit par

Créée

le 10 déc. 2021

Critique lue 5.6K fois

74 j'aime

3 commentaires

el_blasio

Écrit par

Critique lue 5.6K fois

74
3

D'autres avis sur Don't Look Up - Déni cosmique

Don't Look Up - Déni cosmique
heinrichvonzimmel
5

Manque de finesse

Le film a quelques bonnes idées mais ne parvient pas à trouver son équilibre entre la satire de la société et la grosse farce, ce qui le rend un peu indigeste. On dirait qu'Adam Mc Kay veut être à la...

le 31 déc. 2021

144 j'aime

12

Don't Look Up - Déni cosmique
Samu-L
8

Heureux ceux qui s'attendent toujours au pire, car ils seront exaucés.

Don't Look up est une grosse farce allégorique satirique aussi désespérante que désopilante qui dénonce l'incapacité de prendre des mesures face aux problématiques du changement climatique ou à...

le 10 janv. 2022

119 j'aime

6

Don't Look Up - Déni cosmique
Plume231
7

Mort aux cons !

Ce film a un très gros problème : il est très crédible. Oui, on aimerait bien s'illusionner, se dire que c'est exagéré, trop délirant, même que c'est impossible. Mais non, ce serait passé à côté d'un...

le 25 déc. 2021

89 j'aime

16

Du même critique

Don't Look Up - Déni cosmique
el_blasio
5

Don't Watch Up

Malgré un postulat malin et bien-vu, cette farce s’avère être finalement assommante et répétitive. Un casting prestigieux et beaucoup d’agitation pour pas grand-chose. Cela fait une vingtaine...

le 10 déc. 2021

74 j'aime

3

Memory
el_blasio
8

Une ombre blanche de pâleur

La magie du cinéma est à l’œuvre ! Improbable sur le papier, cette romance douce-amère est sublimée par le talent de ses interprètes et de son réalisateur. Sylvia (Jessica Chastain) est fragile, mais...

le 9 mai 2024

13 j'aime

The Beekeeper
el_blasio
4

To bee or not to bee?

Jason Statham nous ressert la même soupe (ou plutôt miel dans le cas présent) qu’il tambouille depuis 20 ans, à savoir un « vigilant movie » archi vu et revu. À réserver aux amateurs. L’apiculteur...

le 19 janv. 2024

12 j'aime

1