Lorsque j'ai gribouillé mon avis sur How to train your dragon, j'avais conclu en regrettant ne pas l'avoir vu sur grand écran. Je ne pouvais donc manquer son second opus dans une salle de cinéma (2D), et c'est sans vergogne que je me suis esbaudi devant la qualité d'animation de cette pellicule. Ce n'est certainement pas un hasard si les scénaristes ont vieilli leurs personnages de cinq ans, pour arriver à vingt printemps, à l'instar de Dreamworks. Car Avec How to train your Dragon 2, le studio enfonce le clou et assoit, si ce n'est sa suprématie, au moins sa légitimité à pouvoir détrôner le roi mérovingien de l'animation qu'est Pixar.


A mon sens, avec How to train your dragons 2, l'écart avec Pixar ne s'est pas seulement résorbé. Ils leur sont carrément passés devant. La qualité des textures est époustouflante (je sais, j'ai déjà écrit cela pour le premier opus, mais là, un monde les sépare, ça relève du prodige), l'animation folle de créativité, toujours au service de l'excitation du spectateur ravi et d'un humour visuel gourmand.


Et puis, n'ayons pas peur de le dire, Dreamworks est également en train de damer le pion à Pixar sur le plan narratif. Non pas que How to train your Dragons 2 soit remarquable d'originalité. Le scénario est classique dans ses grandes lignes, quelques maladresses sont présentes...


... Le cas peu justifiable et mal amené de la mère notamment...


... Mais, tandis que Pixar se fond de plus en plus dans un moule Disney bien propre et sans aspérités, Dreamworks ose des pivots scénaristiques qu'on croyait disparus des productions enfantines, tente de raconter des histoires avec des personnages qui sortent des sentiers battus, voire représentant de minorités bannies de ce genre de films, ici intégrés non pas en faire valoir mais tout naturellement fondus dans l'intrigue...


Bref, How to train your Dragons 2 est à la hauteur de son prédécesseur, vous resterez scotchés à votre fauteuil pour chaque scène de voltige, vous serez émus, et ça ravira sans aucun doute vos gosses. L'adulte chagrin trouvera certainement à redire, mais au fond de lui, il ne boudera pas son plaisir.

Hypérion
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Films critiqués notés 7

Créée

le 7 juil. 2014

Critique lue 2.9K fois

101 j'aime

12 commentaires

Hypérion

Écrit par

Critique lue 2.9K fois

101
12

D'autres avis sur Dragons 2

Dragons 2
Sergent_Pepper
7

Décrochages

[Pas de spoils] La crainte est toujours légitime à l’approche d’un deuxième épisode, lorsqu’on a vraiment aimé le premier (1). Celui-ci se fondait sur la découverte et l’apprivoisement, la...

le 16 juin 2014

81 j'aime

4

Dragons 2
Gand-Alf
8

Dragonheart.

Diantre, je me suis encore fais avoir ! A la sortie de "Dragons" premier du nom, j'avais clamé haut et fort à mon chat endormi à mes côtés que je ne dirais plus du bien d'un film sortant de l'écurie...

le 23 nov. 2014

58 j'aime

6

Dragons 2
zombiraptor
7

Panzer Dragouille

Quand j'étais ado, y avait un jeu vidéo que j'adorais : Panzer Dragoon. Les plus cultivés d'entre vous le connaissent déjà bien, les plus incultes eux peuvent encore se soigner, il n'est jamais trop...

le 28 juil. 2014

52 j'aime

17

Du même critique

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

le 15 juin 2011

479 j'aime

80

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

le 22 oct. 2013

424 j'aime

32

Kaamelott
Hypérion
9

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

le 17 juil. 2011

366 j'aime

57