Après la douleur, la sidération, la colère, l'impuissance enfin : que nous reste-t-il ? La liberté d'aimer, de combattre la haine avec nos petites armes humaines, nos liens chers, nos attachements aux autres, et l'invincible compassion.


Vivant à 7 km de Nice, j'avais besoin, au lendemain des tragédies qui ont frappé des vies innocentes en plein feu d'artifice, d'images gaies.


J'ai choisi "Encore heureux" pour son titre plaisant - qui reflète parfaitement à la fois cette volonté obstinée de la joie mais aussi une sympathique ironie qu'on retrouve dans le film. Avec un duo qui suscite immédiatement l'attachement : la délicieuse, loufoque et si invariablement juste Sandrine Kiberlain et le gentil loser sexy qu'est Édouard Baer.


Je n'ai pas été déçue, au contraire - mieux : j'ai été surprise. Je m'attendais à une énième comédie romantique autour d'un couple en perte de vitesse qui finit par un happy end attendu. Ce fut le cas en effet, mais que de détours prend le scénario, que d'inventivité et de loufoquerie dans le jeu pour faire de cette oeuvre un régal de tendresse et d'humanité !


Le supplément d'âme de ce film, ce sont ses dialogues acides et drôles, ses situations parfois grinçantes voire amorales qui en font un ensemble riche et très peu cliché, bien peu convenu.


Kiberlain livre une nouvelle fois une prestation bouleversante en ce qu'elle incarne de complexité de la psyché féminine, en ce qu'elle dit des méandres de nos amours. Elle incarne avec brio une femme abîmée dans son désir pour le père de ses enfants, et qui tient pour moi en une seule cause : le délitement de son admiration pour lui.


Lui qu'elle a connu flamboyant cadre sup est aujourd'hui au chômage, les avis d'expulsion menacent, le quotidien - bien que tissé de tant d'amour entre les parents et leurs 2 enfants - est difficile matériellement... Marie est à bout, son estime de soi se fragilise et elle est donc vulnérable à la séduction exercée par un autre homme (impeccable Biolay) qui semble représenter pour elle une voie de sortie salutaire.


C'est sans compter sur la complicité, la tendresse qui la lie à son homme, consolidée par des années de connaissance mutuelle et qui est, sans qu'elle le réalise immédiatement, un indéfectible ciment.


Je les ai tous deux trouvé tour à tour émouvants, drôles, agaçants - très humains dans leurs imperfections et leurs doutes. Baer endosse encore le rôle de l'attachant naze, du généreux irréfléchi et idéaliste - un personnage insupportablement adorable qui lui colle à la peau. Kiberlain, dont les yeux émus, le regard parfois dans le vague, les grands sourires, l'ironie permanente, les sautes d'humeur à la fois hystériques et irrésistibles m'ont paru très proches de moi - sans doute une raison de mon engouement pour ce personnage et cette actrice.


La scène de fin, les situations croisées entre l'interrogatoire au commissariat - hilarant - et l'audition de la jeune fille sur Debussy, sa mère assise dans le public semblant voir défiler sa vie devant ses yeux, saisissant soudain sa chance d'avoir une famille (tout ça, rien que dans son regard et ses attitudes) - cette scène est un délice en tous points.


Ne boudons donc pas notre plaisir à voir ce duo se lancer des piques, chahuter comme des enfants, s'engueuler - vivre et s'aimer. Comme moi, comme vous, comme nous.


Et que tout se termine dans les bras de ceux que l'on aime, peau à peau, bouche à bouche. Pour oublier les drames, tenter de donner tort à l'horreur, un peu de baume au coeur, pour que cesse un peu la peur.

BrunePlatine
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Bons films vus en 2016 et Les films avec les meilleurs dialogues

Le 16 juillet 2016

8 j'aime

2 commentaires

Encore heureux
BrunePlatine
6

Histoires d'amour

Après la douleur, la sidération, la colère, l'impuissance enfin : que nous reste-t-il ? La liberté d'aimer, de combattre la haine avec nos petites armes humaines, nos liens chers, nos attachements...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

2

Encore heureux
pilyen
4

Encore heureux qu'il y ait Sandrine Kiberlain

Si vous avez vu la bande annonce d'"Encore heureux", le meilleur y est dedans ( et en mieux monté que dans le film....). Et comme je ne dérogerai pas à la règle, elle sera à la fin de mon avis, libre...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

1

Encore heureux
pierrick_D_
1

Critique de Encore heureux par pierrick_D_

Sam est un cadre sup au chômage qui ne retrouve pas de boulot.Avec sa femme et ses deux enfants,il échoue dans un appartement minuscule d'où la famille risque d'être expulsée et vit...

Lire la critique

il y a 2 ans

5 j'aime

2

Mad Max - Fury Road
BrunePlatine
10

Hot wheels

Des mois que j'attends ça, que j'attends cette énorme claque dont j'avais pressenti la force dès début mai, dès que j'avais entraperçu un bout du trailer sur Youtube, j'avais bien vu que ce film...

Lire la critique

il y a 6 ans

76 j'aime

25

Enter the Void
BrunePlatine
9

Ashes to ashes

Voilà un film qui divise, auquel vous avez mis entre 1 et 10. On ne peut pas faire plus extrême ! Rien de plus normal, il constitue une proposition de cinéma très singulière à laquelle on peut...

Lire la critique

il y a 6 ans

75 j'aime

11

Soumission
BrunePlatine
8
Soumission

Islamophobe ? Vraiment ? L'avez-vous lu ?

A entendre les différentes critiques - de Manuel Valls à Ali Baddou - concernant le dernier Houellebecq, on s'attend à lire un brûlot fasciste, commis à la solde du Front national. Après avoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

66 j'aime

24