Eh bien, que dire ? Que ceux qui s'attendaient à un nouveau Braveheart ou à un Robin des Bois purement yankee peuvent rester chez eux et économiser le prix de la place de ciné ? Certainement. Car Free State of Jones abandonne ce qui semblait être son thème principal à peu près à mi-parcours, faisant comprendre au spectateur que les deux heures vingt de spectacle, bein, il les sentira passer.


Alors même que le début du film de Gary Ross passe sans encombre dès lors qu'il ne s'égare pas dans son marais nostrum servant de refuge aux déserteurs et aux esclaves en fuite, laissant grossir sa communauté qui prend peu à peu de l'assurance et s'enhardit. Certaines images de guerre et de blessures sont sans concession, laissant à croire que le réalisateur prendra le spectacle à bras le corps. Mais ceci n'arrivera que trop peu souvent. Mais de manière étrange, sans décevoir, car le propos de Gary Ross dessine, autour de son héros, une sorte de tiers-état persécuté et spolié par la guerre, qui ne se reconnaît ni dans un camp, ni dans l'autre et qui n'est bon qu'à mourir afin de défendre ce qui ne sont, finalement, que des intérêts économiques, comme toujours aux Etats-Unis.


Ainsi, tant que le film fait évoluer son Robin des Bois et sa troupe dans la quête de leur libération et de terres, il se suit sans déplaisir, même s'il demeure d'un classicisme absolu dans son développement. Mais le soin dans la reconstitution historique séduit, même si le spectateur se dit parfois que Free State of Jones est un brin nonchalant dans son déroulement... Jusqu'à ce que l'oeuvre semble se terminer sur les quelques panneaux de texte avec photos sépias habituels.


Sauf que, loin d'atteindre la fin de son film, Gary Ross abandonne son propos de manière abrupte pour embrayer mollement sur l'après Sécession et ses conséquences sur les esclaves, dont la liberté ne restera encore longtemps qu'un simple mot. Débute donc un second film en forme de cours d'histoire particulièrement lourd et naïf, qui semble obligatoire aujourd'hui dès lors que l'Amérique ausculte ses états d'âmes bien tardifs et se repent de ce qu'ils ont fait subir à leurs communautés. Si cela est parfois nécessaire, encore faudrait-il ne pas ennuyer son assistance ou la trahir, ce que Free State of Jones fait malheureusement en transformant son semblant de fresque qui se voudrait historique en simple film d'un didactisme et d'un démonstratif assommant, ne rechignant pas à avoir recours au larmes. Ou en soulignant à nouveau son discours en lardant le métrage d'un procès qui ne sert à rien, sauf à dire, comme si ce n'était pas assez évident, que les lois raciales, c'est vraiment KK... Tiens, il en manque un, d'ailleurs.


Tout cela fait du film une oeuvre largement dispensable qui semble n'être pensée que pour ramasser quelques statuettes et prolonger l'aura de son interprète principal, pourtant impeccable, mais dont le rôle, extrêmement lisse, ne sera nuancé que dans une seule scène de mise à mort en forme d'exutoire. Free State of Jones sera aussi l'occasion de constater que deux films en un, finalement, c'est pas très malin, surtout quand on renie le premier dans la mollesse et le bavardage constant du second.


Les examens de conscience ne sont pas toujours aussi salutaires qu'on veut bien le dire...


Behind_the_Mask, qui n'aime pas les états d'âme.

Behind_the_Mask
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Une année au cinéma : 2016 et En 2016, j'ai pris quelques douches

Créée

le 19 sept. 2016

Critique lue 2.1K fois

20 j'aime

1 commentaire

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 2.1K fois

20
1

D'autres avis sur Free State of Jones

Free State of Jones
Cyprien_Caddeo
5

Bored on the Bayou

Après avoir été amaigri et moustachu dans Dallas Buyers Club, et avant de devenir bedonnant et dégarni dans Gold, la nouvelle superstar oscarisée et oscarisable Matthew McConaughey nous revient barbu...

le 10 sept. 2016

12 j'aime

1

Free State of Jones
Antevre
7

Critique de Free State of Jones par Antevre

Je vais pas faire une critique traditionnelle de ce film, parce que je pense que ce serait pas vraiment adapté. Au lieu de cela, je vais surtout me concentrer sur un aspect du film qui m'a marqué :...

le 25 sept. 2016

11 j'aime

3

Free State of Jones
Zeldafan70
7

Les racines du mal

Quelle belle surprise que ce "Free State of Jones" de Gary Ross. Surprise car la plupart des critiques l'ont sévèrement jugé, soulignant son trop grand formalisme, la place excessive laissée à son...

le 15 sept. 2016

7 j'aime

3

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

189 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

183 j'aime

25