C'est un film de guerre atypique, sans aucun combat ni exploit héroïque, tout se joue dans un camp japonais de prisonniers britanniques à Java, où le réalisateur de l'Empire des sens s'interroge en profondeur sur l'incommunicabilité entre 2 civilisations que tout oppose. Ce propos rappelle un peu le Pont de la rivière Kwaï dont ce film est l'antithèse, on y retrouve en effet un commandant de camp japonais à la discipline de fer qui s'affronte avec un officier anglais christique, sauf que cet affrontement est différent et se transforme en un chassé-croisé quasi amoureux qui est transcendé par une étrange perversité. Lorsque j'avais vu ce film en VHS il y a bien longtemps, j'avais trouvé ceci assez dérangeant par endroits ; ayant eu l'occasion de le revoir récemment en replay, ça m'a fait le même effet.
La confrontation est forte, les 2 hommes, inconsciemment attirés l'un vers l'autre, s'observent et se menacent au milieu d'une sous-tension où apparait un rituel sado-masochiste habillant leur relation homosexuelle, rythmée par des scènes sanglantes (tortures, prisonniers battus, hara-kiris, décapitations, brimades sévères). Et quand ces 2 soldats sont incarnés par David Bowie et Ryuichi Sakamoto (qui est un artiste au Japon aussi célèbre que Bowie), cette étrange perversité prend un sens encore plus troublant. Bowie est un androgyne blond, martyr donc désirable, il souffre donc il est beau.
En principe, ce n'est pas le genre de film que j'affectionne, de plus c'est parfois pénible par quelques longueurs contemplatives, le réalisateur s'abandonne à une caméra paresseuse et n'hésite pas à insérer des flashbacks freudiens parfois pénibles. Mais malgré tout ça, cette relation troublante et ce jeu de regards entre Sakamoto et Bowie sont au final suffisamment forts pour que je m'y laisse prendre, Bowie y livre sans doute sa prestation la plus intéressante au cours de sa période cinématographique, même si son rôle de broussard destiné au départ à entrainer des guerilleros, s'avère peu crédible ; il faut avouer qu'il est ici particulièrement beau comme un dieu, ça doit jouer aussi dans le processus d'appréciation de ce film dont la musique composée par Sakamoto est grandiose. A noter qu'on y découvrait dans le rôle du sergent Hara, Takeshi Kitano alors inconnu du public occidental.

Créée

le 24 févr. 2020

Critique lue 820 fois

27 j'aime

21 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 820 fois

27
21

D'autres avis sur Furyo

Furyo
Before-Sunrise
8

Hara qui rit

Furyo c’est d’abord un thème musical magnifique qui vous titille les lacrymales pendant tout le long du film. De plus, au-delà d’un film de guerre et d’une histoire de confrontation entre deux...

le 2 sept. 2013

52 j'aime

1

Furyo
Veather
6

Fast and Furyo

Si l'on m'avait dit, avant de connaître SC, qu'un jour j'irais me manger dix heures de train en un week-end, juste pour aller à Strasbourg rencontrer des inconnus et voir avec eux un film Japonais de...

le 23 mars 2015

45 j'aime

31

Furyo
Gand-Alf
8

Fatal attraction.

Co-production entre le Japon et la Grande-Bretagne, "Furyo" est adapté de deux ouvrages signés Laurens Van der Post, qui revenaient sur l'expérience de l'auteur pendant la seconde guerre...

le 21 mars 2015

38 j'aime

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45