Revu 30 ans après sa sortie (et donc après sa première vision), Furyo étonne encore pas sa singularité. Le film semble toujours en décalage avec son mouvement propre, un peu comme si son rythme interne n'était pas en phase avec son rythme narratif.

C'est d'abord inconfortable, puis on s'habitue, jusqu'à se plier à ce non-rythme. Furyo est très théâtral. On y parle beaucoup. On agit peu. Confrontation entre un Japon d'un autre temps, Empire d'honneur et de fierté, et un occident pragmatique, le film se nourrit des confrontations éthiques et culturelles du britannique Lawrence et du japonais Hara, mises en image, pour ainsi dire, comme des illustrations, par Cellier et Honoi.

Ce sont donc Tom Conti et Takeshi Kitano qui ont les premiers rôles, et non David Bowie et Ruychi Sakamoto, même si les figures charismatiques de ces derniers, êtres de chair et de sang, leurs confrontations ambigües, constituent la trame narrative du film. Ils en font d'ailleurs l'un et l'autre un peu trop, Bowie sans doute trop grimaçant, Sakamoto trop crispé, alors que le duo Conti-Kitano s'avère beaucoup plus subtil.

Top de la filmographie d'un Bowie qui n'aura jamais exploité tout son potentiel au cinéma, film ayant permis de découvrir l'immense talent musical de Sakamoto, sans aucun doute l'un des plus grands musiciens actuels, Furyo restera à jamais un film à part, le regard sans concession d'un japonais sur sa propre culture, l'œil d'Oshima.
pierreAfeu
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top David Bowie au cinéma

Créée

le 12 août 2013

Critique lue 373 fois

pierreAfeu

Écrit par

Critique lue 373 fois

D'autres avis sur Furyo

Furyo
Before-Sunrise
8

Hara qui rit

Furyo c’est d’abord un thème musical magnifique qui vous titille les lacrymales pendant tout le long du film. De plus, au-delà d’un film de guerre et d’une histoire de confrontation entre deux...

le 2 sept. 2013

51 j'aime

1

Furyo
Veather
6

Fast and Furyo

Si l'on m'avait dit, avant de connaître SC, qu'un jour j'irais me manger dix heures de train en un week-end, juste pour aller à Strasbourg rencontrer des inconnus et voir avec eux un film Japonais de...

le 23 mars 2015

44 j'aime

31

Furyo
Gand-Alf
8

Fatal attraction.

Co-production entre le Japon et la Grande-Bretagne, "Furyo" est adapté de deux ouvrages signés Laurens Van der Post, qui revenaient sur l'expérience de l'auteur pendant la seconde guerre...

le 21 mars 2015

38 j'aime

Du même critique

Nocturama
pierreAfeu
4

The bling ring

La première partie est une chorégraphie muette, un ballet de croisements et de trajectoires, d'attentes, de placements. C'est brillant, habilement construit, presque abstrait. Puis les personnages se...

le 7 sept. 2016

51 j'aime

7

L'Inconnu du lac
pierreAfeu
9

Critique de L'Inconnu du lac par pierreAfeu

On mesure la richesse d'un film à sa manière de vivre en nous et d'y créer des résonances. D'apparence limpide, évident et simple comme la nature qui l'abrite, L'inconnu du lac se révèle beaucoup...

le 5 juin 2013

51 j'aime

16

La Crème de la crème
pierreAfeu
1

La gerbe de la gerbe

Le malaise est là dès les premières séquences. Et ce n'est pas parce que tous les personnages sont des connards. Ça, on le savait à l'avance. Des films sur des connards, on en a vus, des moyens, des...

le 14 avr. 2014

41 j'aime

21