Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

D'après une histoire vraie peut-on lire dès le générique. Cet appel du pied censé enthousiasmer le spectateur est devenu un véritable fléau du cinéma américain qui, entre reboots et sequels, ne peut plus imaginer quoi que ce soit en dehors des sentiers battus et rebattus. Hélas, ce road movie qui voit deux personnalités antagonistes nouer une amitié inattendue, est archi convenu et déja vu mille fois. Il emprunte un chemin balisé par toutes les conventions possibles. La seule nouveauté consiste à inverser le rapport de domination : c'est le pianiste noir aisé qui va éduquer son chauffeur blanc tandis que celui ci décoince le premier. Cette idée de scénario laisse perplexe d'autant que la violence de la ségrégation du début des années 1960 ne fait l'objet d'absolument aucun regard, et la moindre situation un peu conflictuelle est désamorcée en une ligne de dialogue. Ce road movie, prétexte à une dénonciation scolaire du racisme finit par quitter la route. Au milieu du film, le placement produit d'une chaîne de restauration rapide est particulièrement gênant et disgracieux. Une scène de boite de nuit, alors que notre héros abandonne Chopin pour se lancer dans un rythm'n'blues endiablé se vautre même dans les pires clichés du musicien noir qui a le "rythme dans le sang". Ces deux scènes montrent que le musicien grand bourgeois ne peut pas s'intégrer à cause du racisme, tandis que le chauffeur italo-américain apprend à son employeur les manières de vivre du prolétariat, associées aussi pendant ces deux séquences aux afro-américains - il apparaît alors comme un transfuge de classe... Autrement dit, tout a déjà été montré ailleurs et de manière plus subtile. Politiquement, le film est absolument inoffensif et n'interroge jamais la réalité du racisme américain contemporain. Incompréhensible que cette petite chose lénifiante, dont l'intérêt ne repose que sur le jeu des acteurs, soit donné favori aux Oscars en février prochain. Si le film devait remporter un prix, ce serait celui du produit périmé de l'année.

Olivier_Paturau
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Top Meilleurs films 2019, Films vus ou revus en 2019 et Les meilleurs films de 2019

Créée

le 3 janv. 2019

Critique lue 7.3K fois

66 j'aime

21 commentaires

Critique lue 7.3K fois

66
21

D'autres avis sur Green Book - Sur les routes du Sud

Green Book - Sur les routes du Sud
EricDebarnot
7

Drôle de drame

Il est facile de se gausser de ce "Green Book", première tentative de voler en solo - sans son frère dont on le pensait inséparable - d'un Farrelly : un réalisateur plutôt spécialiste du rire facile...

le 27 janv. 2019

127 j'aime

29

Green Book - Sur les routes du Sud
Larrire_Cuisine
5

[Ciné Club Sandwich] Un roadtrip garanti sans gilets jaunes

DISCLAIMER : La note de 5 est une note par défaut, une note "neutre". Nous mettons la même note à tous les films car nous ne sommes pas forcément favorable à un système de notation. Seule la critique...

le 25 janv. 2019

98 j'aime

10

Green Book - Sur les routes du Sud
voiron
7

Critique de Green Book - Sur les routes du Sud par voiron

Il s’agit de l’histoire vraie de la relation entre le pianiste de jazz afro-américain Don Shirley et le videur italo-américain Tony Lip, de son vrai nom Frank Anthony Vallelonga. Les deux hommes se...

le 30 janv. 2019

85 j'aime

22

Du même critique

Lost River
Olivier_Paturau
3

Lost Highway

On ne reprochera pas à Ryan Gosling de ne pas faire preuve d'imagination. Il choisit de traiter du déclin de l'ancienne capitale de l'automobile, Detroit, vidée par la crise de ses habitants (qui...

le 9 avr. 2015

53 j'aime

5

A Star Is Born
Olivier_Paturau
4

Gueule de bois

Passé une première demi-heure enthousiasmante, A Star is Born peine à convaincre et finit paralysé par des défauts d'écriture majeurs. Alors qu'il étire son récit sur deux heures et quart, le film...

le 3 oct. 2018

52 j'aime

8

120 battements par minute
Olivier_Paturau
8

L'armée des morts

Robin Campillo confirme avec son 3eme film qu'il est un des cinéastes de sa génération les plus passionnants. Il maîtrise aussi bien l'art de l'écriture (pas facile de mêler didactisme dans la...

le 24 juil. 2023

44 j'aime

1