👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Il est temps de m'y résoudre, la magie Harry Potter n'agit plus depuis longtemps pour moi. Le charme est rompu depuis le dernier livre, ce fameux tome final qui fleurait bon le recadrage éditorial (Mais évitons de revenir sur ce point) m'avait déjà laissé quelque peu dubitatif, mettant à mal l'ensemble de l'histoire de J K Rowling remarquablement équilibrée sur 6 tomes, d'un coup franchement bancale et tarabiscotée...

Je n'étais pas allé voir un Harry Potter au cinéma depuis le 4ème opus. Je me contentais depuis de séances de rattrapage DVD, plus par acquis de conscience qu'autre chose. Je ne sais pas si c'est à cause de la réalisation de David Yates, de la simplification outrancière des intrigues, de la perte des détails, coeur et âme des livres... Le divorce avec les films était déjà pour ma part consommé. Cependant, quand même, pour conclure le cycle, autant aller voir l'épisode final dans une salle obscure...

En fait les mots me manquent pour exprimer mon ressenti.

Ce film est improbable.

Scénaristiquement, il fait pire que le livre, tant il est incompréhensible pour tout spectateur n'ayant pas lu l'oeuvre. Mais bon, ça, c'est presque un détail tant c'est devenu une habitude. On ne comprend rien aux films de Yates si on a pas lu les bouquins, c'est établi depuis un moment. (C'est presque un exploit d'une certaine manière, parvenir à charcuter l'histoire des livres avec autant de professionnalisme tout en rendant les scénarios des films incompréhensibles si on a pas lu les livres...)

Non, le plus grave, c'est que pour un opus final, le feu d'artifice annoncé dans les pages du livre ressemble à un gros pétard mouillé une fois retranscrit à l'écran. Les scènes s'enchainent sans rythme, sans intensité, morne récitation sans imagination d'un épilogue qui s'enfonce à chaque fois un peu plus. La bataille finale est d'une mollesse à endormir un insomniaque, le kaméhaméha final Potter vs Voldemort par baguettes interposées ne dégage absolument rien. RIEN. Pas le plus minuscule frétillement, pas le moindre frisson remontant l'échine. On attend que ça se passe et puis c'est tout.

"Harry Potter et les Reliques de la Mort : 2ème partie" échoue sur tous les tableaux. Il n'a aucune envergure, aucun souffle épique, aucune tenue dans sa réalisation, et surtout il ne dégage aucune émotion. Il se contente de mettre bout à bout des scènes censées reprendre la trame narrative du livre mais tronquée de tout ce qui en faisait son charme.

Enorme déception qui a au moins le mérite de me réconcilier partiellement avec le livre, lequel m'avait offert quelques franches et belles émotions, ici absentes. J'espère pouvoir le relire en m'extrayant de l'esprit les images de ce film sans le moindre relief, malgré la 3D (inutile).

Sinon pour justifier mes 3 points :

- La musique (égale à elle même, héritière de John Williams)
- Quelques effets spéciaux pas trop dégueulasses (Le dragon notamment)
- Le moment où Poudlard est protégé par l'envoi de sorts de protections massifs. Presque émouvant (J'ai bien dit presque)

Ah, ça y est, j'ai trouvé mieux que "improbable" pour qualifier ce film.

Désastre.

il y a 11 ans

55 j'aime

16 commentaires

Harry Potter et les Reliques de la Mort - 2ème partie
cloneweb
8

Critique de Harry Potter et les Reliques de la Mort - 2ème partie par cloneweb

J'ai découvert Harry Potter quelque part autour de début 2001, quelques mois avant la sortie du premier film en salles. La Coupe de Feu était le dernier tome alors disponible en librairies et le...

Lire la critique

il y a 11 ans

60 j'aime

11

Harry Potter et les Reliques de la Mort - 2ème partie
Hypérion
3

Harry Potter et l'épilogue de la mort qui tue.

Il est temps de m'y résoudre, la magie Harry Potter n'agit plus depuis longtemps pour moi. Le charme est rompu depuis le dernier livre, ce fameux tome final qui fleurait bon le recadrage éditorial...

Lire la critique

il y a 11 ans

55 j'aime

16

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

450 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57