👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Philippe Nahon en boogeyman bouseux et baveux, forcément ça dépote. Clouer le bec à Maïwenn en bâillonnant sa bouche julia-robertesque, ça fait plaisir. Et transformer l'insupportable poupée russe Cécile de France en actrice, ça impose le respect.

Plus qu'ailleurs (le branlant Piranhas, le fadasse Mirrors), Aja prouve qu'il est un vrai cinéaste, en posant une ambiance aussi lourde qu'un vieux buffet de campagne. Pas de bol, son survival se troue à la dernière minute avec un twist foireux.
Marius
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Ces films où des gars bien urbains découvrent le visage amical de la campagne

il y a 11 ans

16 j'aime

6 commentaires

Haute tension
RimbaudWarrior
7

La mort est dans le pré

Film français assez gore qui divise, mais qui tranche et sectionne aussi, Haute Tension - et en particulier sa petite surprise de derrière les fagots - fait aujourd'hui encore couler un peu d'encre...

Lire la critique

il y a 6 ans

19 j'aime

Haute tension
Marius
7

Heurts du labour

Philippe Nahon en boogeyman bouseux et baveux, forcément ça dépote. Clouer le bec à Maïwenn en bâillonnant sa bouche julia-robertesque, ça fait plaisir. Et transformer l'insupportable poupée russe...

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

6

Haute tension
Zogarok
8

Le meilleur film d'horreur français de la décennie 2000s

2002 : le cinéma horrifique est au point mort dans l’Hexagone et la tentative Promenons-nous dans les bois n’a pas su inverser la tendance, puisqu’au contraire et selon une symphonie de critiques...

Lire la critique

il y a 8 ans

16 j'aime

The Dark Knight Rises
Marius
4

Bane à ordures

Jusqu'alors DKR signifiait, pour le geek averti, Dark Knight Returns. Une oeuvre majeure dans la bibliothèque de Batman. Quelque chose d'adulte et de complexe. Tout ce que n'est pas TDKR. Qui n'est...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

130

The Artist
Marius
1
The Artist

La blague américaine

En terrain conquis. Le mec de "la Classe américaine" à Cannes? Ça clignotait de partout: ce film est fait pour moi. 5h34 plus tard (en réalité, le film est un poil moins long), j'avais l'impression...

Lire la critique

il y a 11 ans

106 j'aime

67

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23