Les séquences "ils nous ont quittés" aux cérémonies des Oscars et Césars me font toujours pleurer comme une madeleine, même avec l'adagio de Barber derrière. Et rien qu'à voir l'affiche d' "Indiscrétions", mon cœur se serre. J'aimerais tellement que Cary Grant, James Stewart et Katharine Hepburn reviennent allumer des étoiles dans mes yeux, juste une dernière fois. Qu'ils reviennent flamboyer, comme dans cette comédie merveilleuse, luxueuse, étincelante.

Parce que, quand on parle du Golden Age d'Hollywood, le film se pose un peu là. C'est un peu la maman de la comédie, une fois vue, tu te dis que les scénaristes de la prochaine romcom avec Sandra Bullock, ils te la feront plus. Parce qu'il y a de la matière pour 25 films de Sandra, là-dedans. Une affiche incroyable avec les trois acteurs principaux au sommet de leur séduction, Katharine, distante, racée, la forte en gueule, mais fragile, Cary, le plus beau costard de l'époque, et avec de l'humour, et enfin James Stewart, nonchalant, lunaire, vous arrivez à ne pas l'aimer, vous ?

Donc voyons, nous avons un casting prodigieux, pour tenir le choc il nous faut des dialogues qui pincent-sans-rire, qui sous-entendent tout et son contraire, bref qui feux d'artificent de partout, des seconds rôles qui cassent la baraque (genre la petite futée et le vieux tonton pervers), et une conclusion qui te fait voir des double rainbow tellement c'est happy, comme ending. Eh ben, The Philadelphia Story, c'est tout ça. Comme je t'envie de l'avoir pas encore vu...
Elosezhello
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste

Le 25 novembre 2010

19 j'aime

2 commentaires

Indiscrétions
Aurea
8

La vestale devenue femme

Un rôle sur mesure pour une Katharine Hepburn longue tige fluide, élégante et sophistiquée, vestale immaculée un rien inhumaine, qu'une nuit de folie(s) va faire basculer de son piedestal, la...

il y a 11 ans

70 j'aime

39

Indiscrétions
PhyleasFogg
9

Champagne!

La reine Katherine est la véritable auteur de ce film, tiré d'une pièce qu’elle joua à New York. Elle embaucha ses amis Cukor et Mankiewicz à la réalisation et à la production. Mieux encore, elle...

il y a 10 ans

22 j'aime

11

Indiscrétions
Elosezhello
10

Critique de Indiscrétions par Elosezhello

Les séquences "ils nous ont quittés" aux cérémonies des Oscars et Césars me font toujours pleurer comme une madeleine, même avec l'adagio de Barber derrière. Et rien qu'à voir l'affiche d'...

il y a 12 ans

19 j'aime

2

Le Meurtre de Roger Ackroyd
Elosezhello
9

Critique de Le Meurtre de Roger Ackroyd par Elosezhello

Agatha, tu ne m'en veux pas, si, dans toute ton œuvre prolifique, je n'en gardais que deux sur mon île déserte ? Et si Le Meurtre de Roger Ackroyd était de ces deux-là ? Agatha, Le Meurtre de Roger...

il y a 12 ans

21 j'aime

2

Indiscrétions
Elosezhello
10

Critique de Indiscrétions par Elosezhello

Les séquences "ils nous ont quittés" aux cérémonies des Oscars et Césars me font toujours pleurer comme une madeleine, même avec l'adagio de Barber derrière. Et rien qu'à voir l'affiche d'...

il y a 12 ans

19 j'aime

2

Sept jours pour une éternité…
Elosezhello
1

Arme de destruction féline massive

Lire un roman de Marc Lévy, c'est comme accepter de regarder une émission de variétés un samedi soir avec une grand-mère acariâtre. Quand tu finis "Sept jours pour une éternité, soudain, un blues...

il y a 12 ans

12 j'aime

4