Sérieux mec, la coupe mulet?! Déjà y a trente ans, c'était pas possible!!

Ô toi lecteur, si le titre de ma critique ne te dit rien, sache que cette réplique vient du film Ça : chapitre 2 et que non seulement elle m'a fait mourir de rire, mais en plus, elle sied parfaitement au dernier film d'Antoine Fuqua : Infinite a - à l'instar de Gemini Man sorti en 2019 - trente ans de retard et aurait très bien pu être une production Bruckheimer réalisée par Michael Bay ou Simon West qu'on nous aurait casée entre Bad Boys et Les Ailes de l'enfer, mais si le film avait effectivement été fait dans les années 90, ça aurait déjà été une vraie purge.


Alors c'est vrai que je suis un chouïa moins dur avec Infinite qu'avec Gemini Man dans ma notation (et puis, Ang Lee est un cinéaste que j'affectionne, donc la rage était forcément plus élevée) : d'abord parce que le concept est sympathique, loin d'être original puisque ça emprunte à droite (Matrix) et à gauche (Criminal : un espion dans la tête) et puis d'un pur point de vue spirituel, j'ai toujours été fasciné par la réincarnation, sauf qu'ici, il s'agit davantage d'un gimmick que pour provoquer la réflexion mais ça a au moins le mérite de rendre cohérentes les scènes d'action abusées


comme celle de la fin où Mark Wahlberg saute d'une falaise avec sa moto sur un avion, justifiée par le fait qu'ils sont la somme de toutes leurs vies passées et que du coup, ils savent à peu près tout faire


Mais les deux plus gros problèmes que j'ai eu sont : les personnages sont pas attachants, complètement monodimensionnels et franchement pas intéressants dans leur quête, que ce soit chez les protagonistes comme chez les antagonistes, mais limite, ce qui m'a encore plus choqué, c'est Antoine Fuqua en mode ballec, il est en pilotage automatique pendant tout le film, n'arrivant à communiquer aucune émotion, aucun frisson, vraiment, un film avec une ambiance complètement anesthésiée (faut voir la décontraction de Wahlberg quand son monde est révolutionné).


Bref, Infinite, c'est clairement une coupe mulet cinématographique : moche, daté et drôle à ses dépends!!

DanielOceanAndCo
2

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Mes critiques dans l'ordre chronologique

Créée

le 5 déc. 2021

Critique lue 499 fois

3 j'aime

Critique lue 499 fois

3

D'autres avis sur Infinite

Infinite
RedacJack
3

Critique de Infinite par RedacJack

Infinite commence comme un blockbusters très con, mais plutôt bien mise en scène (Fuqua est un yes man mais un yes man avec du talent (voir Training Day et le premier Equalizer). On ne comprend pas...

le 16 juin 2021

10 j'aime

2

Infinite
MalevolentReviews
4

Infiniment con

En regardant Infinite, qui est très loin d'être parfait, on ne peut s'empêcher de se poser une question : pourquoi certains films sont bons alors que d'autres, similaires, ne le sont pas ? Infinite...

le 20 juin 2021

9 j'aime

2

Infinite
pierrick_D_
4

Critique de Infinite par pierrick_D_

Evan McCauley est un chômeur vivant d'expédients car son comportement socialement inadapté l'empêche de trouver du boulot.Pas étonnant,vu qu'il est schizophrène,ou du moins censé l'être.Car voilà-t-y...

le 16 févr. 2024

7 j'aime

6

Du même critique

Luca
DanielOceanAndCo
5

Critique de Luca par DanielOceanAndCo

Arf, je suis embêté parce que d'un côté, il n'y a pas grand chose à reprocher à Luca, le dernier né des studios Pixar qui est le deuxième à la suite à débouler sur Disney+ en omettant une sortie en...

le 5 déc. 2021

27 j'aime

8

The Tomorrow War
DanielOceanAndCo
3

The World on the Edge of Tomorrow because of Predator Aliens from Jurassic

Pour moi, il y a deux manières de découvrir The Tomorrow War - outre le fait qu'il aurait mérité d'être vu sur grand écran mais là, c'est un autre débat - soit tu le mates avec ton cerveau en off et...

le 5 déc. 2021

20 j'aime

6