👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Si tu vois un mec avec des dreads dans la rue, demande lui son film préféré. Et si il te répond "Into the wild" tu lui niques sa race.

Ce film il vend du rêve, ça pousse les fragiles à se dire "La vie est tellement belle, je dois voyager et profiter de chaque instant" puis ils changent leur photo de couverture Facebook pour mettre une citation de Gandhi et ils s'endorment en regardant le plafond et en se demandant pourquoi ils sont là, quel est leur rôle dans la société, pourquoi sont-ils des fils de putes.

Plus sincèrement, ce film j'en ai eu la nausée. On me l'avait venté comme une expérience incroyable, connectant l'être humain à la nature, traitant sur l'essence même de la vie. Je suis désolé mais moi j'ai assisté à un connard qui ne sait pas résoudre ses problèmes et qui s'enfuit dans la forêt pour crever dans son minibus hippie de mes couilles. Oui je suis vulgaire, plus j'écris plus je me rend compte que c'était l'une des pire chose que j'ai pu voir, et je pèse mes mots. Le film en soit est bien tourné ça faut pas déconner, y a des choses à retenir comme quand le vieux lui demande si il peut l'adopter et qu'il lui dit "Non désolé je me casse en Alaska, allé ciao" et qu'il pleure parce qu'il n'a plus de famille et qu'il se retrouve seul, ça j'ai kiffé le voir souffrir tout comme je souffrais devant ce film. Mais concernant le message global, ça non merci. (Oui je commence ma phrase avec un "mais", je sais que c'est pas français et j'en ai rien à foutre).

Ce qui m'a dégouté je pense c'est que je connaisse une fille qui est fan de ce film et qui en parle souvent, qui fume son petit joint et qui perce son petit nez et ses petites oreilles, qui rêve de liberté et qui partage des conneries sur Facebook sur les politiciens, sur le changement, sur la pollution, sur les animaux en voie d'extinction. Beaucoup trop de moutons qui pensent s'évader de la société, beaucoup trop de moutons rêveurs, aveugles et cons. Tu te réveilles, tu vas travailler, tu payes tes impôts et surtout tu la ferme.

Sur ce, je vais bruler quelques pneus dans mon jardin.

Antoine3
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Quand mes éclaireurs me trahissent

il y a 6 ans

66 j'aime

36 commentaires

Into the Wild
Thomas_Dekker
10

Rather than money, than love, than faith, than fame, than fairness, give me truth

Chris est un égoïste. Chris est un gosse de riche prêt à tout pour assouvir ses désirs. Chris se croit sans doute très novateur, révolutionnaire, rebelle alors qu’il ne l’est pas. Chris est un...

Lire la critique

il y a 9 ans

125 j'aime

5

Into the Wild
nm-reader
8

Nos vies, si chères

On se trompe beaucoup sur "Into the wild". On le prend souvent pour un beau film sur la nature, les grands espaces, le rejet du capitalisme. Ces ingrédients sont très présents, évidemment, et...

Lire la critique

il y a 8 ans

125 j'aime

3

Into the Wild
Iriskv
3

Wild Wild Wesh

Oui, d'accord, c'était joli à regarder et la bande son est géniale. Mais damn, le personnage principal est le plus gros connard antipathique qui soit. Un type incapable de formuler une pensée...

Lire la critique

il y a 12 ans

103 j'aime

68

The Lost City of Z
Antoine3
5

Ils avaient de belles fesses ces indiens

Je sors à l'intant du cinéma, que dire mis à part que c'était fort long pour ce que c'était. Je m'attendais à une belle aventure dans la jungle, à des découvertes d'anciennes civilisations, à trouver...

Lire la critique

il y a 5 ans

80 j'aime

7

La Nonne
Antoine3
1
La Nonne

Ce foutage de gueule

Nommé dans la catégorie des plus gros nanars intercontinentaux, "The Nun" a toutes ses chances pour briller et rafler le trophée. C'était d'une fénéantise à en couper le souffle. Probablement le film...

Lire la critique

il y a 4 ans

79 j'aime

19

Into the Wild
Antoine3
1

Paye tes impôts et ferme la.

Si tu vois un mec avec des dreads dans la rue, demande lui son film préféré. Et si il te répond "Into the wild" tu lui niques sa race. Ce film il vend du rêve, ça pousse les fragiles à se dire "La...

Lire la critique

il y a 6 ans

66 j'aime

36