Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La miss Moss elle est vraiment pas gâtée. La voici mariée à un génie de l’optique, millionnaire de surcroît et excusez du peu, inventeur de la combinaison parfaite d’invisibilité. Mais pas de bol pour elle, monsieur est un pervers narcissique doublé d’un séquestrateur possessif. Un type peu fréquentable en somme. Et capable d’un énorme gâchis.


Car enfin, je sais pas vous, mais moi si j'avais une combinaison d’invisibilité j'en ferais de ces trucs. J’aurais même l’embarras du choix...
Par exemple, j’irais faire coucou à la Joconde aux heures de fermeture, j’assisterais au tournage du dernier James Bond, rien ne m'empêcherait de lui siffler son martini, j'irais m'assoir sur le Trône de fer, j’irai piquer le T-shirt de Brad Pitt dans Once Upon a time in Hollywood et j'accompagnerais Margot Robbie au cinéma.


Si j’avais une telle cape discrétionnaire, j'observerais comment travaille mon écrivain préféré, j’irais piquer une bouteille de château Margaux chez Mentzelopoulos, j’assisterais à la finale de Roland-Garros dans la loge présidentielle, je subtiliserais le ballon de la coupe du monde pour l'offrir à mon petit neveu, à Twickenham j’empêcherais les Anglais d’aplatir dans notre camp.


Si j’avais un tel don d’insaisissabilité, j’irais coller un coup de pied au cul aux "grands" de ce monde, je m'offrirais un petit vol dans le Falcone présidentiel, je reviendrais en Air Force One, je bidouillerais les discours de Trump et tweeterais de sa part un "peace & love" à la planète.


Si j'avais un tel manteau magique, je m'introduirais dans la zone 51, je libérerais les animaux des labos, je sauverais la veuve et l'orphelin, je distribuerais des billets dans la rue, j'en profiterais même pour être un peu coquin…


Bref, je serais à la fois Zorro et Arsène Lupin.


Alors que ce couillon d’Homme invisible du film ne trouve rien de mieux à faire que d’enfermer sa copine dans un 300 mètres carrés avec vue sur l’océan, de coller des caméras partout au plafond pour la surveiller, puis de s'acharner sur elle quand elle réussit à se faire la malle, de lui piquer sa couette à pas d'heure, de brûler ses œufs au bacon, de la faire passer pour une sale conne, j’en passe et des malheurs… On a juste envie de lui dire, nom d’un chien (ou nom de Zeus si vous préférez :), lâche lui donc les baskets à ta nana et va donc t’amuser avec ta cape magique. Un vrai gâchis je vous dis.


Un film WTF donc mais cela dit tout à fait visible.


7/10

Theloma
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films avec une maison remarquable

Créée

le 4 mars 2020

Critique lue 4.2K fois

45 j'aime

16 commentaires

Theloma

Écrit par

Critique lue 4.2K fois

45
16

D'autres avis sur Invisible Man

Invisible Man
Sergent_Pepper
6

Blind fate

Adapté à de multiples reprises, le motif de l’homme invisible est un fantasme à double tranchant, sur lequel Verhoeven lui-même s’est cassé les dents : l’occasion d’un exercice de style presque...

le 22 sept. 2020

52 j'aime

2

Invisible Man
EricDebarnot
8

Perversion narcissique : la violence invisible...

On connaît le principe : depuis que H.G. Wells a inventé le concept de l'homme invisible, le cinéma n'a jamais cessé de vouloir relever le défi de filmer cette invisibilité. Avec plus (James Whale en...

le 3 mars 2020

49 j'aime

4

Invisible Man
Theloma
7

Si j'étais invisible...

La miss Moss elle est vraiment pas gâtée. La voici mariée à un génie de l’optique, millionnaire de surcroît et excusez du peu, inventeur de la combinaison parfaite d’invisibilité. Mais pas de bol...

le 4 mars 2020

45 j'aime

16

Du même critique

Us
Theloma
7

L'invasion des profanateurs de villégiature

Avec Us et après Get Out, Jordan Peele tire sa deuxième cartouche estampillée "film d'horreur". Sans vraiment réussir à faire mouche il livre un film esthétiquement réussi, intéressant sur le fond...

le 21 mars 2019

107 j'aime

33

Ad Astra
Theloma
5

La gravité et la pesanteur

La quête du père qui s’est fait la malle est un thème classique de la littérature ou du cinéma. Clifford (Tommy Lee Jones) le père de Roy Mac Bride (Brad Pitt) n’a quant à lui pas lésiné sur la...

le 18 sept. 2019

97 j'aime

55

Life - Origine inconnue
Theloma
7

Martien go home

Les films de série B présentent bien souvent le défaut de n'être que de pâles copies de prestigieux ainés - Alien en l’occurrence - sans réussir à sortir du canevas original et à en réinventer...

le 21 avr. 2017

81 j'aime

17