Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Adapté à de multiples reprises, le motif de l’homme invisible est un fantasme à double tranchant, sur lequel Verhoeven lui-même s’est cassé les dents : l’occasion d’un exercice de style presque abstrait pour le cinéaste, mais qui ne doit pas pour autant sacrifier aux lois du genre, à savoir le thriller.


Cette nouvelle version se propose donc comme une variation sur une partition éculée qui trouve néanmoins un angle on ne peut plus d’actualité mais va se révéler d’une grande acuité, celui des violences conjugales et du portrait d’une femme tentant de se débarrasser de l’emprise d’un pervers narcissique. La longue exposition exploite avec densité ce motif, notamment dans un intense prologue d’évasion nocturne d’une superbe maison dans une atmosphère et une photographie clinique que ne renierait pas Fincher, et pose les fondations d’un traumatisme qui pourrait aisément se passer de toute la dimension surnaturelle que prendront les événements par la suite. Cecilia est brisée, obsédée, sous emprise et incapable de se débarrasser de la présence, invisible, de cet homme qui a juré de la retrouver où qu’elle aille.


A cette attention portée au portrait d’une femme violentée s’adjoignent les premiers signes attendus par le spectateur, et toute cette partie révèle une jolie maitrise du réalisateur, multipliant les petites malices pour révéler une présence, s’offrant le luxe de la longueur, du silence, voire de l’absence de musique. La buée, un drap qui coince, le creux d’un fauteuil composent avec délicatesse un effroi croissant, tout en alimentant les soupçons de paranoïa délirante d’une victime de plus en plus isolée.


Il aurait fallu s’en tenir à ce stade, résolument intenable dans un pareil contrat narratif, des prémices. Car la musique (péniblement dans l’air du temps, avec ses nappes outrancières de basses), le thriller et les énormités scénaristiques vont assez rapidement reprendre leurs droits, sur la loi tragiquement respectée de la surenchère et des retournements peu nécessaires (un frère, des fusillades, une grossesse, une gentille ado victime ultime), et une morale finale un brin gênante dans l’apologie de la justice at home. Ou comment, même en traitant de l’invisibilité, les grosses ficelles bien voyantes gagnent toujours, la faute à un aveuglement toujours aussi persistant des producteurs quant aux attentes du public.

Sergent_Pepper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Portrait de femme, Vu en 2020, Les meilleurs films sur l'invisibilité et Ça commençait plutôt bien

Créée

le 22 sept. 2020

Critique lue 2.9K fois

52 j'aime

2 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 2.9K fois

52
2

D'autres avis sur Invisible Man

Invisible Man
Sergent_Pepper
6

Blind fate

Adapté à de multiples reprises, le motif de l’homme invisible est un fantasme à double tranchant, sur lequel Verhoeven lui-même s’est cassé les dents : l’occasion d’un exercice de style presque...

le 22 sept. 2020

52 j'aime

2

Invisible Man
EricDebarnot
8

Perversion narcissique : la violence invisible...

On connaît le principe : depuis que H.G. Wells a inventé le concept de l'homme invisible, le cinéma n'a jamais cessé de vouloir relever le défi de filmer cette invisibilité. Avec plus (James Whale en...

le 3 mars 2020

49 j'aime

4

Invisible Man
Theloma
7

Si j'étais invisible...

La miss Moss elle est vraiment pas gâtée. La voici mariée à un génie de l’optique, millionnaire de surcroît et excusez du peu, inventeur de la combinaison parfaite d’invisibilité. Mais pas de bol...

le 4 mars 2020

45 j'aime

16

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

768 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53