Aaaaah, le charme fou des films d'auteur français des années 90, quand ça fumait à chaque plan (dans les cafés, sur les plateaux de tournage, en servant du vin lors de repas organisés dans des appartements aux bibliothèques fournies...), ça remontait les quais de Seine de nuit sur une mob, ça partait en rave et ça débattait sur le cinéma...
Rien que pour le shoot de nostalgie et le casting d'enfer (Maggie Cheung, Jean-Pierre Léaud, Nathalie Richard, Bulle Ogier...), cet excellent film d'Olivier Assayas vaut le détour !
Alors si vous ajoutez une réalisation virevoltante et la mise en abime d'un genre qui fait son auto-critique tout en montrant ce qu'il a de meilleur...
Non, vraiment : top !

AlexandreAgnes
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Festival International du Film de La Rochelle (2015)

Créée

le 6 janv. 2016

Critique lue 677 fois

7 j'aime

Alex

Écrit par

Critique lue 677 fois

7

D'autres avis sur Irma Vep

Irma Vep
Charles_Dubois
7

Film dans le film

Y a toujours un truc dans les films d'Assayas... Une maîtrise bluffante de la caméra, c'est sûr. A voir c'est souvent impressionnant. Même quand tout ressemble à un bordel parfait, improvisé (avec...

le 26 déc. 2016

12 j'aime

Irma Vep
Alex-La-Biche
8

Jusqu'à la moelle

Irma Vep, c'est l'anagramme de vampire. Irma Vep c'est le personnage de Musidora, qui connaîtra la consécration grâce à ce rôle, dans le feuilleton Les Vampires de Louis Feuillade sorti en 1915. ...

le 22 déc. 2016

9 j'aime

Irma Vep
AlexandreAgnes
9

So nineties

Aaaaah, le charme fou des films d'auteur français des années 90, quand ça fumait à chaque plan (dans les cafés, sur les plateaux de tournage, en servant du vin lors de repas organisés dans des...

Par

le 6 janv. 2016

7 j'aime

Du même critique

Au revoir là-haut
AlexandreAgnes
9

On dit décidément MONSIEUR Dupontel !

La Rochelle, 26 juin. Jour de mon anniversaire et de l'avant-première de Au revoir là-haut en présence d'Albert Dupontel. Lorsqu'il entre dans la salle à la fin de la projection, le public...

Par

le 27 juin 2017

53 j'aime

4

Mektoub, My Love : Canto uno
AlexandreAgnes
4

Si "le travelling est affaire de morale", ici le panoramique vertical est affaire de vice

Je n'accorde habituellement que très peu de crédit au vieux débat clivant qui oppose bêtement cinéma populaire et cinéma d'auteur (comme si les deux étaient deux genres définitivement distincts et...

Par

le 27 mars 2018

48 j'aime

19

Arès
AlexandreAgnes
6

Ne pas jeter bébé avec l'eau du bain

Voilà un long métrage qui, en apparence, accumule les défauts : une erreur monumentale dans le choix de la date dès le carton d'ouverture (l'action se situe dans un Paris post-apocalyptique...

Par

le 24 nov. 2016

43 j'aime