Cinq doigts qui forment et supportent une main. Qui se déplace comme une araignée. Mais avec trois pattes de moins.


Une main douée de vie qui s'évade d'un hôpital, pour sentir sous ses doigts la texture des toits, des gouttières, puis celle de l'asphalte et du béton. Le grisâtre de la ville mute à la fois en balade poétique urbaine, ponctuée par un je suis là écrit à la peinture blanche, et en menace constante. Où les rencontres se finissent à coups de bec et de dents dans les bas-fonds du métro. Où les perspectives les plus insolites sur un environnement familier ravissent et étonnent.


L'évasion se transforme en spleen, en pèlerinage riche de souvenirs et d'images. Le passé et le présent qui s'entremêlent, tout comme les techniques d'animation utilisées pour donner chair palpable à ce qui est présenté, d'abord, comme une errance.


Le passé est idéalisé : il se passe des petits chagrins oubliés pour illustré le bonheur de l'enfance. Sa curiosité, ses rêves fous et ses passions. Et ses sensations, qui pourraient apparaître abstraites à l'image mais qui réussit le prodige animé de faire sentir le sable glisser entre ses doigts.


Cinq doigts pour cinq sens tour à tour sollicités. Le corps n'est donc pas totalement perdu. Du toucher lorsque cette petite main caresse les doigts de notre fugitive. Ou de l'ouïe le temps d'un délicat et fragile dialogue entretenu face à un interphone, où les plus beaux sentiments sont convoqués.


Une ouïe mise à profit via un vieux magnétophone enregistreur, qui a figé à la fois, chaque bruit du bonheur et chaque fracas de la tragédie. Qui dit aussi que malgré tout cela, on survit et on dribble la vie pour la tromper. Pour compter et être aimé. Et créer. De ses propres mains qui semblent douées de vie.


Le mouvement est donc constant à l'image, tout comme les trouvailles et la variété des décors et des perspectives adoptées. Et surtout, l'émotion.


De l'amour à la colère, de l'incompréhension à la souffrance, de la timidité surmontée à la tristesse, J'ai Perdu mon Corps passe par tous ces états dans un tourbillon, comme le spectateur, en transcendant les sens et en s'imprégnant d'une certaine nostagie et du temps qui passe.


Et d'une lumière dans la nuit : celle de cette rencontre inattendue, enveloppant constamment le film d'une poésie qui rappelle, à chaque instant, la fragilité de la vie. Naoufel la tourne vers une quête de sens où peut importe, finalement, le bout du chemin. C'est de voyage dont il est question.


J'ai Perdu mon Corps parle avec les mains d'un voyage au charme éthéré où l'on se surprend, inexplicablement à penser au mot « complétude ».


Behind_the_Mask, qui a la main baladeuse.

Le 20 novembre 2019

30 j'aime

2 commentaires

J'ai perdu mon corps
WeSTiiX
7

Deux mains, c'est loin

Après Les Hirondelles de Kaboul dans la sélection Un Certain Regard, J’ai perdu mon corps est le deuxième film d’animation français à faire parler de lui lors de ce Festival de Cannes 2019, pour la...

Lire la critique

il y a 3 ans

60 j'aime

8

J'ai perdu mon corps
Tibulle85
9

Un pari remporté haut la main!

(Vu en avant-première au Forum des images) L'animation française m'étonnera encore et toujours en bien en pondant régulièrement des pépites à partir de budgets riquiqui (Tout en haut du monde, La...

Lire la critique

il y a 3 ans

32 j'aime

J'ai perdu mon corps
Behind_the_Mask
8

Parler avec les mains

Cinq doigts qui forment et supportent une main. Qui se déplace comme une araignée. Mais avec trois pattes de moins. Une main douée de vie qui s'évade d'un hôpital, pour sentir sous ses doigts la...

Lire la critique

il y a 2 ans

30 j'aime

2

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

Lire la critique

il y a 4 ans

198 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

Lire la critique

il y a 4 ans

185 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

23