Visiblement, L'Héritage de ce bon Jason Bourne n'aura pas eu le succès escompté, surtout au vu du souvenir "anecdotique, sans plus" qu'il a laissé. Et alors que l'on pensait ne plus revoir l'agent et en avoir fini avec Treadstone, Blackbriar et les coups tordus de la C.I.A., Matt Damon est rappelé à la rescousse pour reprendre le collier.


Au revoir donc les tentatives d'épisodes annexes, envoyez donc plutôt une pseudo suite et convoquez Paul Greengrass, celui qui a marqué de son empreinte et de sa shaky cam la saga dont il n'était pourtant pas, au départ, partie prenante.


Tous les ingrédients sont donc là. Comme dans La Mort et La Vengeance dans la Peau. Et on ne peut pas nier que ce Jason Bourne en porte haut l'héritage, tant il réussit, la plupart du temps, à renouer avec l'atmosphère de ses aînés et à en reprendre les points forts malgré le poids des ans. Car encore une fois, le spectacle proposé est efficace et haletant, les machinations intéressantes, la traque soutenue et inscrite dans un contexte bien exploité, notamment à l'occasion d'une poursuite en pleine mouvement social devant le parlement grec.


Même si tout cela manque un poil d'originalité, on ne s'ennuie pas, loin de là. Et Paul Greengrass propose encore une fois deux scènes de poursuite comme il aime les emballer, nerveuses et ultra rapides. Même si cette fois, il touche par instant ses limites, quand il fait par exemple bastonner brièvement Bourne dans le métro, ou encore dans un Las Vegas nocturne parfois peu lisible.


Le spectateur sera donc charmé par ce qu'on lui propose, par la solidité et la qualité du produit. Par l'exploration sommaire des origines du projet Treadstone qu'on lui propose aussi, revenant sur la jeunesse de Jason Bourne.


Il sera peut être juste un peu chagriné, de manière fugitive, par cette histoire qui choisit d'inscrire son personnage principal dans un réel maintenant archi rebattu, avec ses réseaux sociaux dominants, la surveillance gouvernementale de tous les instants, les manifestations liées à la crise économique ou encore les projets tout droits sortis de la politique US. Non pas qu'elle ne soit pas bien ficelé, au contraire, mais cette réalité participera à un certain sentiment d'absence de surprise et de renouvellement qui pourra en saisir certains à la gorge.


D'autres pourront reprocher, aussi, certains débordements très Fast & Furious de la poursuite sous les néons de Las Vegas, qui ne cadreront pour eux que très peu avec la philosophie de la série et l'aspect furtif de toute activité d'espionnage. Mais ce ne sont que quelques anicroches alors que le film se déroule sans accrocs majeurs, permettant de renouer, avec bonheur, avec certains personnages comme Nikki Parsons et d'en introduire quelques nouveaux. Et là, c'est Alicia Vikander qui s'impose, tant son joli visage de poupée cache, au final, celui d'une vipère arriviste dont on aurait pu craindre qu'elle ne représente une énième assistante du héros.


Bien emballé, divertissant, et droit dans ses bottes, Jason Bourne ne vole à aucun moment sur la marchandise qu'il propose, bien qu'il puisse paraître un poil inférieur à ses aînés... Tout en gardant quelques sérieux atouts dans sa manche, ainsi que pour la suite de ses aventures qui ne manqueront sûrement pas de voir le jour.


Behind_the_Mask, Bourne to be alive.

Behind_the_Mask
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les plus belles plumes au service de la critique et Une année au cinéma : 2016

Créée

le 13 août 2016

Critique lue 1.6K fois

28 j'aime

5 commentaires

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

28
5

D'autres avis sur Jason Bourne

Jason Bourne
DjeeVanCleef
3

Burne One Down

La chanson de la Burne Retrouver la Burne après tant d'années d'abstinence forcée, c'est chaud. C'est un peu comme retrouver un pote qu'on a perdu de vue sans se souvenir pourquoi. T'es là, souriant...

le 14 mai 2017

46 j'aime

18

Jason Bourne
Diego290288
5

L'épisode de trop...

Après une première trilogie cohérente et globalement réussie (on oubliera volontairement le spin-off raté avec Jeremy Renner...), on pensait que le duo Damon / Greengrass volerait vers d'autres...

le 10 août 2016

39 j'aime

6

Jason Bourne
Behind_the_Mask
8

Extreme Ways... Are back again

Visiblement, L'Héritage de ce bon Jason Bourne n'aura pas eu le succès escompté, surtout au vu du souvenir "anecdotique, sans plus" qu'il a laissé. Et alors que l'on pensait ne plus revoir l'agent et...

le 13 août 2016

28 j'aime

5

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

189 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

184 j'aime

25